Selon les dernières estimations relayées par les assos abolitionistes, entre 80 et 90 % des TDS qui exerceraient dans la rue seraient des migrant.e.s et 62 % du travail sexuel se ferait via internet. « On se cache derrière la rhétorique de la protection mais en fait, cette loi de pénalisation des clients impacte surtout les TDS les plus précaires. À savoir les personnes migrantes et sans papiers », poursuit Robin. « Il y a encore beaucoup de harcèlement policier », constate Mimi, des Roses d'Acier, collectif de TDS chinoises de Belleville. « Avant, avec la loi sur le racolage, la police observait en permanence les filles. Aujourd'hui, elle suit les clients et contrôle les papiers des travailleuses du sexe, ce qui les oblige à travailler la nuit plutôt qu'en journée. Affirmer le contraire montre une incompétence du Nid sur le terrain. » « J'invite le Nid à se rendre sur ce que l'on appelle le Darknet et regarder ce qu'il s'y passe », dit fermement Axelle de Sade. « Quand je vois qu'on propose une mineure, de 14 à 15 ans, on l'amène chez vous, pendant 15 jours à un tarif de 1500 euros, qu'on vient la rechercher et que si vous la gardez le mois entier, on vous fait une faveur à 2700 euros... Je pense que le Nid devrait d'abord se pencher sur ces cas de traite, extrêmes ».

Prostitution, proxénétisme, traite : chiffres pas très clairs et flou juridique

Le Mouvement du Nid assure rencontrer 5 000 à 6 000 personnes prostituées chaque année et être en lien avec environ 1 000 de celles-ci, sur les 37 000 à 40 000 travailleurs et travailleuses du sexe qui seraient en activité en France. Dans un article de Paris Match daté de février 2018, l’association abolitionniste affirme que 95 % des personnes qui se prostituent le feraient sous la contrainte. Aucune étude officielle ne semble corroborer ce chiffre vertigineux et les seuls qui s’en approchent parlent en fait de la proportion de personnes migrantes à se prostituer dans l’espace public. « Les chiffres sur la traite sont faux », martèle Thierry Schaffauser. « On a quand même des chiffres sur les condamnations sur la traite d'êtres humains en France, qui varient entre 0 et 33 par an. Officiellement, il y a environ 800 condamnations pour proxénétisme par an. Les communications contre la traite d'êtres humains ou l'exploitation sexuelle mélangent les deux ». Face à ces estimations qui suscitent le doute, Sandrine Goldschmidt donne une explication très claire sur la position du Mouvement du Nid, association très impliquée dans la promulgation et l’application de la loi de pénalisation des clients : « On considère que même lorsque la prostitution est choisie, il y a un certain nombre de facteurs déterminants dans le parcours de la personne qui peuvent expliquer ce choix… qui est un choix contraint, en général ». Un positionnement qu’elle continue d’expliciter ainsi : « Pour nous, il n'y a pas de sens à distinguer proxénétisme et traite. Il y a des traites à des fins d'exploitation sexuelle, ça revient à du proxénétisme. Pour nous, la prostitution sans proxénétisme est rarissime ».
« Tout le monde est votre proxénète. Vos chats, vos enfants, votre compagnon, votre propriétaire, votre boulanger »
Il faut dire que la définition du proxénétisme est extrêmement large, en France. « Tout le monde est votre proxénète », ironise Axelle de Sade. « Vos chats, vos enfants, votre compagnon, votre propriétaire, votre boulanger... tous ceux qui ont conscience de votre activité. La définition du proxénétisme se limite à « bénéficier de l'argent du travail du sexe ». Il y a aussi l'interdiction de s'associer, de prodiguer des conseils, alors que c'est vital dans ce métier ». Le problème que posent ces définitions juridiques très ouvertes et l’utilisation de chiffres inexacts, c’est que c’est précisément là dessus que la loi de pénalisation des clients est basée. Et ce, avec une emphase particulière sur le statut de victime des TDS et l’impact de leur métier sur leur santé mentale. La méthodologie des études officielles est remise en cause depuis des années par de nombreuses associations de TDS et de santé communautaire, sans que les pourcentages sensationnalistes ne soient remis en question par l’opinion publique. On peut toutefois noter que l’étude Prost Cost de mai 2015 sur « Le coût économique et social de la prostitution », commandée par le Nid en amont des discussions préparatoires à la loi de pénalisation, a été critiquée par une autre association abolitionniste, pourtant membre elle aussi du collectif Abolition 2012. L’Association européenne contre les Violences faites aux Femmes au Travail (AVFT) a en effet émis des réserves sur la « lecture superficielle » des faits par l’étude, dans une lettre ouverte datée du 28 septembre 2015. Il existe des études indépendantes qui pourraient changer la donne. Notamment celle réalisée par Nicola Mai auprès de 500 personnes prostituées entre mars 2014 et mars 2015. Ses conclusions sont à des années lumières de celles qui sont habituellement relayées : 93 % des interrogé.e.s ont déclaré exercer ce métier de leur plein gré. Parmi les migrant.e.s qui ont répondu, 11 % ont effectivement dit avoir été contraint.e.s au travail du sexe. Quant aux données sur la santé mentale des TDS, il existe aussi une étude qui détaille la manière dont elles sont instrumentalisées dans le débat public. On la doit à la sociologue, diplômée de sciences politiques et sociales Marion David, qui en a fait sa thèse de doctorat en 2008. Alors, pourquoi si peu de visibilité médiatique pour ces études ? Plusieurs des travailleurs et travailleuses du sexe interrogé.e.s par Komitid dans le cadre de cette enquête sont formel.le.s : tout ce qui va à l’encontre du positionnement abolitionniste de l’État français n’est « pas entendable », faisant immédiatement d’elles et d’eux de « méchants proxénètes » et des « négationnistes ». [caption id="attachment_4681" align="alignnone" width="653"]Rapport de l'Amicale du Nid de 2016 sur l'activité 2015 - L'Amicale du Nid Rapport de l'Amicale du Nid de 2016 sur l'activité 2015 - L'Amicale du Nid[/caption] Dans le rapport d'activité de l'Amicale du Nid de 2016, l'association évoque en fait 17% de victimes de traite, sur les 5147 personnes rencontrées en 2015 par l'asso. Mais ce chiffre, lui, n'apparait jamais dans les rapports et articles de l'époque consultés par Komitid. Quant à l'étude inter-associative révélée par Médecins du Monde le 12 avril 2018, aux chiffres catastrophiques semblant confirmer toutes les craintes des associations de soutien aux TDS, le Mouvement du Nid se contente d'un thread Twitter pour en balayer les conclusions d'un revers de la main... en critiquant la méthodologie employée, car biaisée. « Toute forme d'auto-organisation est violemment attaquée de toutes parts », précise Maîtresse Gilda, co-fondatrice (et ancienne membre) du Strass, travailleuse du sexe depuis plus de 25 ans qui se définit comme « travpédépute ». Contacté par Komitid pour parler de ce bilan alarmant porté par Médecins du Monde, le cabinet de Marlène Schiappa, Secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes, n'a pas donné suite.

Un parcours de sortie qui ne s’en sort pas

La loi de pénalisation des clients de la prostitution dispose d’un volet répressif, à destination de la clientèle, mais également d’un volet social, à destination des TDS. Il s’agit du parcours de sortie de la prostitution. Au programme, une allocation de 330 euros par mois (légèrement augmentée s'il y a un ou des enfants à charge) versée aux personnes souhaitant sortir de la prostitution sur une durée de six mois, renouvelable trois fois. Et la promesse d’une autorisation de séjour de six mois, renouvelable jusqu’à deux ans, pour les personnes en situation de migration ou sans papiers. Mais si ce parcours est porté par les associations, abolitionnistes, agréées, y rentrer est déjà un parcours en soi.
« Je ne connais personne qui ait entamé ce parcours de sortie »
La commission départementale de lutte contre la prostitution, le proxénétisme et la traite des êtres humains aux fins d’exploitation sexuelle est composée de travailleurs sociaux et travailleuses sociales, de représentant.e.s de Pôle Emploi et de l’Éducation Nationale. Mais aussi de fonctionnaires de police, de gendarmes et du préfet. C’est une « mise en commun de tous les acteurs qui peuvent aider et soutenir la personne dans l'insertion économique et sociale », affirme Sandrine Goldschmidt du Nid. Mais les critères de sélection pour entrer, et surtout rester, dans le parcours sont très stricts. La notice d’information sur le formulaire de demande pour l’Afis (Aide financière à l’insertion sociale et professionnelle) stipule, en guise de première condition, que l’on doit déjà « être engagé.e dans le parcours de sortie de la prostitution » pour y prétendre. Et s’il y a rechute du ou de la bénéficiaire dans la prostitution, cette aide est interrompue. « Je ne connais personne qui ait entamé ce parcours de sortie », lâche Axelle de Sade, qui fustige l’idée de cette « aumône de 330 euros ». Les associations agréées pour le parcours de sortie trouvent également que ce n’est pas assez. Pour Sandrine Goldschmidt « ce sont de petites sommes, on préfèrerait que ce soit plus ». La responsable de la communication du Mouvement du Nid poursuit « Pour l'instant, celles qui rentrent dans ce parcours, sont vraiment prêtes à sortir de la prostitution, ça ne veut pas dire qu'elles ont d'autres ressources, mais ça veut dire qu'à un moment donné, elles peuvent se débrouiller avec cette somme-là et l'aide des assos, avec l'État de leur côté ». La somme n’est pas cumulable avec les minima sociaux (RSA, ADA, ATA) et ne peut pas être attribuée si la personne justifie de ressources mensuelles supérieures au niveau du RSA. « Dans l'esprit des gens il vaut mieux se faire exploiter que d'être dans le travail du sexe : tout est mieux que de faire la pute », commente Thierry Schaffauser. Depuis la mise en place du parcours de sortie de la prostitution, les associations agréées dénombrent 55 personnes à s’y être engagées. Le gouvernement prévoit 600 personnes en tout d’ici la fin de l’année. Mais les budgets alloués à ce dispositif posent question. En 2017, 3,8 millions d’euros ont été dédiés à l’Afis (sur 6,6 millions au total pour la lutte contre la prostitution) et en 2018, 2,4 millions (sur 5 millions). Que se passe-t-il pour les sommes restantes ? « Ces sommes sont pour les 55 personnes dans le parcours de sortie mais aussi pour toutes les autres personnes que l'on suit, aussi, et qui sont beaucoup plus nombreuses », explique Sandrine Goldschmidt,« On est là dans l'intégralité du processus. Les moyens sont, seraient pour ça. Mais dans la réalité, les 80 % du budget sont pour l'Afis. Ce qui n'est pas utilisé, est en attente pour les prochaines personnes à entrer dans le parcours de sortie ». Les associations de TDS et de santé communautaire non-abolitionnistes dénoncent régulièrement un manque de transparence quant à l’utilisation de ce budget depuis deux ans, ainsi que « la mainmise du Nid » sur la question. Sandrine Goldschmidt répond « Ce parcours repose vraiment sur les épaules des associations : on accompagne des personnes vers la sortie de la prostitution de manière non-officielle depuis des années, en essayant de mobiliser tous les soutiens possibles autour. On aurait besoin de plus de moyens encore, c'est certain. » Mais le discours ne convainc pas. « J'aimerais qu'un jour Élise Lucet enquête sur le business abolitionniste », annonce Maîtresse Gilda, « parce qu'il s'agit de millions d'euros d'argent public chaque année ».

Abolir l’abolitionnisme

« Avec la loi de pénalisation des clients, on a inversé le dispositif : on peut faire de la pub mais on ne peut plus venir nous voir. Il y a un paradoxe qui nous échappe ! », soulève Axelle de Sade. « Maintenant, on devient victimes, alors qu'avant nous étions coupables d'inciter à la débauche. Nettoyer la rue de cette tache prostitutionnelle : c'est l'intention politique que je vois derrière cette loi. On cherche à isoler au maximum le travail du sexe, alors que la loi ne l'interdit pas directement ».
« Maintenant, on devient victimes, alors qu'avant nous étions coupables d'inciter à la débauche »
Ce que de nombreux et nombreuses TDS reprochent aujourd’hui à la politique de l’État vis-à-vis de la prostitution va en fait bien au-delà de la loi de pénalisation des clients. « À vrai dire, pour moi comme pour mes camarades, la pente glissante de la dégradation des conditions de travail avait déjà été amorcée depuis longtemps », regrette Maîtresse Gilda. « La loi d'avril 2016 n'aura été qu'un accélérateur mortifère ». « Parmi les gens qui ont voté le texte, il y avait une minorité d'abolitionnistes sérieux, et d'autres, qui cherchaient une autre solution après la fin du délit de racolage, pour continuer à nettoyer les rues, ce qui n'a rien à voir avec le féminisme », analyse Thierry SchaffauserDepuis longtemps, les TDS qui s’organisent entre elles et eux dénoncent une instrumentalisation du féminisme et d’une certaine idéologie chrétienne, par un « clientélisme électoral » au service de la gentrification, comme le décrit Maîtresse Gilda. « Pour un.e élu.e, il faut rassurer les riverains qui se plaignent des nuisances ou s'inquiètent de la morale, mener une politique prohibitionniste, rebaptiser ça « abolitionnisme » et se draper dans sa vertu faussement humaniste, ça paie ». Face à un abolitionnisme d’État qui flirte avec le modèle Suédois, les travailleurs et travailleuses du sexe ont, depuis de nombreuses années, des revendications très simples : l’application du droit commun et la reconnaissance des métiers du travail du sexe. Des mesures qui, selon les associations, permettraient de fait de lutter contre la traite des êtres humains et la prostitution forcée et de garantir un vrai statut pour les TDS. « Il ne s'agit pas non plus de laisser ce statut complètement libre non plus », précise Axelle de Sade. « Il faut quand même mettre des garde-fous, car ce n'est pas tout à fait un métier comme les autres. Ce cadre pourrait s'exprimer par l'autorisation de s'associer, de créer des coopératives, ce qui permettrait de s'assurer que personne ne soit sous le joug de quelqu'un d'autre. En tant qu'individus responsables, on pourrait s'associer pour proposer une offre de service et des conditions d'exercice du métier qui soient bénéfiques à tou.te.s ».
« Le préjugé qui veut que les TDS mentent est encore très persistant »
Ce qui est reproché à l’approche abolitionniste du travail du sexe, c’est aussi une forme de paternalisme. Dans les comptes rendus d’activité du Mouvement du Nid, on trouve en effet 77 fois le mot « victime » sur 96 pages en 2015, en amont de la loi, et 44 fois sur 86 pages en 2016. Pour Axelle de Sade, « C'est ça le défi. Changer cette représentation misérabiliste qui fait de nous des victimes, des personnes simples d'esprit qui se retrouvent à faire ça car on n'a pas d'autre choix ». Un combat loin d’être gagné car, comme le souligne Thierry Schaffauser, « Le préjugé qui veut que les TDS mentent est encore très persistant. On ment quand on dit que tout va bien parce qu'on a des intérêts directs économique qu'on est amoureuses de notre proxénète, qu'on est manipulé.e.s... » Comme en 2017, le Strass, les Amis du Bus des Femmes, Les Roses d’Acier, Acceptess Transgenres, Act Up-Paris et de nombreuses associations ont manifesté dans les rues de Paris, pour le second anniversaire de la loi de pénalisation. L’intitulé de l’évènement du 14 avril dernier ? « Bilan Post-loi: les Travailleuses du sexe sacrifiées ». Malgré le soutien et la présence de nombreux collectifs, de nombreuses assos et de militant.e.s de divers horizons, les évènements en soutien aux TDS restent assez peu visibles. « Ce que je déplore, c'est qu'une partie de la communauté LGBT, trop soucieuse de vouloir plaire aux hétérocis et de "donner une bonne image de l'homosexualité" ne veut pas paraître à nos côtés, considère que la question des TDS n'est pas leur combat », pose Maîtresse Gilda. « À croire qu'iels n'aspirent à rien d'autre qu'à se marier, procréer, vivre bourgeoisement et devenir aussi chiantissimes que les hétéros. Alors même qu'au Stonewall Inn c'était une majorité de folles, de tapins, de trans et de travs noir.e.s et latinos qui vivaient dans la rue qui se sont révolté.e.s contre la police corrompue et la mafia qui les exploitaient et les réprimaient. Ce sont les mêmes consensuels mous qui encensent 120 BPM aujourd'hui alors qu'à l'époque ils détestaient Act Up et ne voulaient pas voir que le sida était une question politique. En tant que minorités, nous devrions tout.e.s être solidaires et combattre ensemble : Femmes, Putes, MigrantEs, Séropos, Séronegs, LGBTQIANBXXX ! »" ["post_title"]=> string(109) "Pénalisation des clients de la prostitution : deux ans ferme pour les travailleurs et travailleuses du sexe" ["post_excerpt"]=> string(304) "Le 13 avril 2016, la loi de pénalisation des clients de la prostitution était adoptée. Deux ans plus tard, travailleurs et travailleuses du sexe déplorent une précarisation et des violences, sur lesquelles elles et ils n’avaient pas manqué de prévenir en amont du vote de cette mesure. Enquête." ["post_status"]=> string(7) "publish" ["comment_status"]=> string(4) "open" ["ping_status"]=> string(6) "closed" ["post_password"]=> string(0) "" ["post_name"]=> string(52) "penalisation-clients-prostitution-galere-tds-enquete" ["to_ping"]=> string(0) "" ["pinged"]=> string(0) "" ["post_modified"]=> string(19) "2018-05-07 18:29:01" ["post_modified_gmt"]=> string(19) "2018-05-07 16:29:01" ["post_content_filtered"]=> string(0) "" ["post_parent"]=> int(0) ["guid"]=> string(30) "https://www.komitid.fr/?p=3491" ["menu_order"]=> int(0) ["post_type"]=> string(4) "post" ["post_mime_type"]=> string(0) "" ["comment_count"]=> string(1) "0" ["filter"]=> string(3) "raw" } [2]=> object(WP_Post)#15273 (24) { ["ID"]=> int(5933) ["post_author"]=> string(1) "3" ["post_date"]=> string(19) "2018-05-07 18:22:49" ["post_date_gmt"]=> string(19) "2018-05-07 16:22:49" ["post_content"]=> string(4284) "Travailleur du sexe connu pour ses vidéos pornographiques dans lesquelles il se masturbe en direct sur des sites dédiés, Olly Plum a fait son coming out trans sur Twitter dimanche 6 mai. L'activiste a posté plusieurs publications sur le réseau social pour prendre le temps de s'expliquer auprès de ses 10 000 fans. Contacté par Komitid, il a accepté d'en dire un peu plus sur sa démarche et la façon dont il appréhende l'avenir et sa transition. Interview.

Komitid : Vous venez de faire votre coming out trans sur Twitter, comment vous sentez-vous maintenant ?

Olly Plum : Je me sens tellement apaisé. Ça n’a pas été simple. Mon ex a très mal vécu que je l’annonce un peu du jour au lendemain et la plupart de ma « fan base porn » ne s’y attendait pas vu mon image très « féminine ». Mais à mes yeux, c’était un joli moyen de politiser ça. J’ai eu énormément de retours positifs de la part de personnes trans et non-binaires. Ça fait du bien de se sentir moins isolé vis à vis de cette transition.

Vous parlez d'un acte politique, pourquoi ?

Politique, car en tant que travailleur du sexe, je me positionne déjà politiquement. C'est pas juste un taf que je fais occasionnellement sans me poser trop de question, je m'intéresse à ce qu'il y a derrière, que ce soit en société, sur le plan juridique... Ce n'est pas anodin, c'est une véritable lutte pour obtenir une légitimité. Et c'est normal quand on voit à quel point le travail du sexe est mis de coté sous une bâche de honte. C'est pareil pour la transidentité selon moi : c'est une lutte quotidienne pour obtenir le droit de se sentir légitime de vivre comme on le ressent. À mes yeux, on ne peut pas juste être une personne trans et vivre "normalement", je n'ai jamais vu ça, hélas. En tant que personne trans ET travailleur du sexe, je trouve que j'ai un espèce de devoir de pas fermer ma gueule sur des choses que je vais subir, trouver violente, injuste, car il y en a beaucoup trop, et quotidiennement. Je ne peux pas juste fermer les yeux dessus.
« J'ai un espèce de devoir de pas fermer ma gueule »

Quand vous dites que votre ex l'a très mal vécu, cela veut dire que vous lui en avez parlé avant de vous exprimer sur Twitter ?

J'en ai parlé la veille et le lendemain, j'ai pris un rendez-vous au Planning Familial et ça c'est passé très vite. J'avais envie d'exprimer ça sur Twitter et de briser un peu cette image ultra féminine de Olly Plum qui commençait à me peser. Je voudrai juste rajouter que je sais que beaucoup pense que Usul (son ex, ndlr) m'a quitté à cause de ma transition. Je sais qu'il en prend plein la gueule en se faisant traiter de transphobe. La vérité c'est que je l'ai quitté car il avait du mal avec mon travail ET ma transition. Voilà, c'était l'instant gossip mais j'en ai marre du schéma de merde « Il a quitté sa meuf », comme si je n'étais rien.

Maintenant que vous avez fait votre coming out, dans quel état d'esprit êtes-vous pour les temps à venir ?

J'aimerai proposer du porn assez queer et me servir de ce merveilleux tag : #pussyboy. Mais ouais, proposer du porn FtoM, queer, non binaire. Je fais ma mammectomie dans quelques mois, je n'aurai plus de seins, je sais que c'était un élément qui me valait pas mal de reconnaissance (rires), mais je ne compte pas m'arrêter pour autant, au contraire." ["post_title"]=> string(96) "Le travailleur du sexe Olly Plum fait son coming out trans : « Je me sens tellement apaisé »" ["post_excerpt"]=> string(144) "C'est sur Twitter que Olly Plum a fait son coming out. Il a expliqué sa démarche à Komitid et raconte « devoir ne pas fermer [sa] gueule »." ["post_status"]=> string(7) "publish" ["comment_status"]=> string(4) "open" ["ping_status"]=> string(6) "closed" ["post_password"]=> string(0) "" ["post_name"]=> string(26) "olly-plum-coming-out-trans" ["to_ping"]=> string(0) "" ["pinged"]=> string(0) "" ["post_modified"]=> string(19) "2020-01-30 11:59:53" ["post_modified_gmt"]=> string(19) "2020-01-30 10:59:53" ["post_content_filtered"]=> string(0) "" ["post_parent"]=> int(0) ["guid"]=> string(30) "https://www.komitid.fr/?p=5933" ["menu_order"]=> int(0) ["post_type"]=> string(4) "post" ["post_mime_type"]=> string(0) "" ["comment_count"]=> string(1) "1" ["filter"]=> string(3) "raw" } [3]=> object(WP_Post)#15272 (24) { ["ID"]=> int(12644) ["post_author"]=> string(1) "6" ["post_date"]=> string(19) "2018-07-25 15:14:19" ["post_date_gmt"]=> string(19) "2018-07-25 13:14:19" ["post_content"]=> string(5367) "Comme chaque année, travailleurs et travailleuses du sexe (TDS) se sont rendues en nombre à la Conférence internationale sur le sida 2018 à Amsterdam. Très remontées, notamment par la loi qui pénalise les clients de la prostitution depuis déjà deux ans en France (Komitid vous parlait déjà des conséquences de cette loi jugée désastreuse ici et ici), ces activistes du travail du sexe et de la santé sexuelle ont profité du passage d'Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé à cet événement majeur de la lutte contre le VIH-sida pour faire entendre leurs voix ce mardi 24 juillet. Parapluies rouges -leur emblème- à la main, les travailleuses et travailleurs du sexe qui militent chez le Strass (syndicat du travail sexuel) et Red Umbrella Fund, entre autres organisation de TDS représentées à cette 22ème édition de la conférence, ont suivi le parcours de la Ministre en scandant leurs slogans dont le fameux « sex work is work », soit « le travail du sexe est un travail » ainsi que « putes contaminées, Buzyn assassin ! ». Un peu plus au calme, Agnès Buzyn a été confrontée à des retours directs sur la loi de pénalisation des clients. Parmi les activistes qui lui ont tenu tête se trouvaient Thierry Schaffauser, co-fondateur du Strass, ainsi que Juan Florian, travailleur du sexe et militant colombien. Ils et elles ont interpellé la ministre sur le harcèlement policier dans le bois de Boulogne, la hausse des contaminations au VIH et l'inefficacité du parcours de sortie, qui ne garantit que 330 euros mensuels pour les TDS qui souhaitent quitter le travail du sexe.

Les travailleurs et travailleuses du sexe pointent un désengagement des pouvoirs publics

Mylène Juste, secrétaire générale du Strass, a partagé la scène en vidéo, dénonçant la « langue de bois » de ses réponses, et le fait qu'aucun rendez-vous officiel n'ait finalement été acté. Agnès Buzyn n'a absolument pas évoqué cet échange sur ses réseaux sociaux, bien qu'elle ait pris soin de mentionner son passage à la Conférence internationale sur le sida pour confirmer « la mobilisation » de la France dans la lutte contre le sida. Sur Twitter, l'ancien président d'Act Up Paris et militant LGBTQI Jérôme Martin a pris soin de rappeler qu'en 2017, la ministre de la Santé avait déjà été zappée par les militant.e.s présent.e.s à la Conférence quant au manque de moyens mis à disposition par la France pour la lutte contre le sida et l'absence, criante, d'Emmanuel Macron à un tel événement. D'ailleurs, il ne s'y est pas rendu non plus en 2018. Ce même jour, travailleurs et travailleuses du sexe ont marché dans les rues d'Amsterdam, jusque dans le quartier rouge d'Amsterdam, afin de porter haut et fort les revendications pour leurs droit d'exercer leurs professions dans la dignité et le respect. " ["post_title"]=> string(111) "Agnès Buzyn zappée par les travailleurs et travailleuses du sexe à la Conférence internationale sur le sida" ["post_excerpt"]=> string(235) "Sous leurs parapluies rouges, les travailleurs et travailleuses du sexe présent.e.s à la Conférence internationale sur le sida à Amsterdam ont accueilli la Ministre des Solidarités et de la Santé avec une pluie de revendications." ["post_status"]=> string(7) "publish" ["comment_status"]=> string(4) "open" ["ping_status"]=> string(6) "closed" ["post_password"]=> string(0) "" ["post_name"]=> string(107) "agnes-buzyn-zappee-par-les-travailleurs-et-travailleuses-du-sexe-a-la-conference-internationale-sur-le-sida" ["to_ping"]=> string(0) "" ["pinged"]=> string(0) "" ["post_modified"]=> string(19) "2018-07-25 16:03:05" ["post_modified_gmt"]=> string(19) "2018-07-25 14:03:05" ["post_content_filtered"]=> string(0) "" ["post_parent"]=> int(0) ["guid"]=> string(31) "https://www.komitid.fr/?p=12644" ["menu_order"]=> int(0) ["post_type"]=> string(4) "post" ["post_mime_type"]=> string(0) "" ["comment_count"]=> string(1) "0" ["filter"]=> string(3) "raw" } [4]=> object(WP_Post)#15263 (24) { ["ID"]=> int(14702) ["post_author"]=> string(1) "2" ["post_date"]=> string(19) "2018-08-24 10:37:03" ["post_date_gmt"]=> string(19) "2018-08-24 08:37:03" ["post_content"]=> string(5204) "Vanessa Campos s été retrouvée morte le 17 août. Cette femme trans migrante originaire du Pérou a été tuée au bois de Boulogne. « Les assassinats de femmes trans travailleuses du sexe n’ont rien de rare. C’est un phénomène récurrent et régulièrement nous tentons d’alerter l’opinion publique et les autorités sur ces violences. Malheureusement comme toujours, nous nous retrouvons seules » ont ainsi réagi le Strass et Acceptess T. Ces associations appellent ce vendredi 24 août à 18 heures, à un rassemblement en mémoire de Vanessa, mais aussi à une prise de conscience collective sur la violence transphobe qui frappe de plein fouet celles qui comme Vanessa, sont migrantes et travailleuses du sexe. Pour la société, une « pute » trans qui se fait tuer, ce n'est rien. C'est personne. C'est comme si ça faisait partie des risques du métier. Quand on est travailleuse du sexe, on est censée se protéger soi-même des meurtres et des viols. On ne remet pas en question les agresseurs, le système qui nous précarise, la société qui nous exclut, on préfère faire porter la responsabilité aux victimes. Vanessa Campos, ce n'est pas une personnalité, ce n'est pas quelqu'un de « bienséant ». Parce qu'elle est travailleuse du sexe, ce n'est pas une travailleuse classique, elle n'est pas dans la norme. Parce qu'elle est trans, elle est considérée comme une personne malade mentale. Voilà pourquoi, malgré sa mort, il ne se passe rien. Voilà pourquoi le monde s'en fout. Un des problèmes, c'est la loi de pénalisation du client. À cause de cette loi, les travailleuses du sexe se cachent de plus en plus et ont le risque de se faire agresser. Comme elles se cachent de plus en plus, la police ne peut pas les protéger, car si la police est là… elles n'ont pas de clients. À cause de cette loi, les travailleuses du sexe ont non seulement moins de clients, mais elles se retrouvent à accepter des pratiques à risques, ou n'ont plus la possibilité de refuser certains d'entre eux. C'est un cercle vicieux. C'est une loi qui au lieu d'aider les personnes à sortir de la prostitution, les met en danger. Elle ne veut pas éliminer la prostitution, elle veut éliminer les prostitué.e.s. L'isolement est un danger. Vanessa a été agressée et s'il n'y avait pas eu cette loi de pénalisation, peut-être qu'elle aurait été plus proche des autres, moins isolée, peut-être que des gens auraient pu intervenir.
« C'est une loi qui au lieu d'aider les personnes à sortir de la prostitution, les met en danger. Elle ne veut pas éliminer la prostitution, elle veut éliminer les prostitué.e.s. »
Aujourd'hui, elles sont obligées de se séparer parce qu'elles savent que si elles se regroupent, elles seront aussi ciblées plus facilement par les descentes de police. Cette loi a en partie tué Vanessa Campos. Les gens qui ont fait cette loi n'ont réfléchi à rien. Il y a une responsabilité politique énorme dans la mort de Vanessa. Comment faire changer les choses ? Déjà, qu'on nous écoute. Qu'on écoute notre expertise, nos expériences, parce que nous sommes les premières concernées. Au lieu de criminaliser la prostitution, luttez contre le proxénétisme et laissez les personnes travailleuses du sexe s'auto-gérer. Quand une travailleuse du sexe va porter plainte, quand une personne trans va porter plainte, qu'on l'écoute et que ce ne soit pas la parole d'une « moins-que-rien » contre quelqu'un de bien établi. Qu'on l'écoute, qu'on l'aide, qu'on arrête de les harceler, notamment lorsqu'elles sont sans-papiers. Il est capital de faciliter l'autodétermination des personnes trans. Cela permettra aux personnes migrantes de pouvoir faire leur changement d'état civil en France, ce qui n'est actuellement pas toujours possible. Nous demandons la régularisation immédiate et inconditionnelle et sans enquête de vérification de toutes les personnes trans et intersexes migrantes.
« Au lieu d'alarmer et de provoquer une prise de conscience, les médias tombent dans le sensationnalisme et banalisent la transphobie.»
Il faut aussi changer la manière dont on parle de ces violences transphobes. Les journalistes doivent se renseigner, faire leur travail et respecter les personnes, mais aussi leur propre métier, sans tomber dans le trash. Au lieu d'alarmer et de provoquer une prise de conscience, les médias tombent dans le sensationnalisme et banalisent la transphobie. Respecter le nom de la personne, son identité de genre, c'est la base. Le mégenrage, l'utilisation du mot « travesti », de l'ancien nom, tout cela tue une deuxième fois Vanessa." ["post_title"]=> string(89) "« Pour la société, une "pute" trans qui se fait tuer, ce n'est rien, c'est personne »" ["post_excerpt"]=> string(151) "L'association Acceptess-T organise un rassemblement en mémoire de Vanessa Campos, une femme trans et travailleuse du sexe tuée à Paris le 17 août. " ["post_status"]=> string(7) "publish" ["comment_status"]=> string(4) "open" ["ping_status"]=> string(6) "closed" ["post_password"]=> string(0) "" ["post_name"]=> string(74) "pour-la-societe-une-pute-trans-qui-se-fait-tuer-ce-nest-rien-cest-personne" ["to_ping"]=> string(0) "" ["pinged"]=> string(0) "" ["post_modified"]=> string(19) "2018-08-27 10:55:07" ["post_modified_gmt"]=> string(19) "2018-08-27 08:55:07" ["post_content_filtered"]=> string(0) "" ["post_parent"]=> int(0) ["guid"]=> string(31) "https://www.komitid.fr/?p=14702" ["menu_order"]=> int(0) ["post_type"]=> string(4) "post" ["post_mime_type"]=> string(0) "" ["comment_count"]=> string(1) "2" ["filter"]=> string(3) "raw" } [5]=> object(WP_Post)#15291 (24) { ["ID"]=> int(14420) ["post_author"]=> string(1) "2" ["post_date"]=> string(19) "2018-08-18 12:50:48" ["post_date_gmt"]=> string(19) "2018-08-18 10:50:48" ["post_content"]=> string(3765) "Vanessa Campos avait 36 ans et était originaire du Pérou. Son corps a été retrouvé vendredi 17 août au bois de Boulogne. Selon les premières informations, une bande serait à l'origine de sa mort. Par un communiqué commun, l'association Acceptess T et le Syndicat du travail du sexe (Strass) ont fait part de leur colère et de leur tristesse après le meurtre de Vanessa Campos, un cas loin d'être isolé : « Les assassinats de femmes trans travailleuses du sexe n’ont rien de rare. C’est un phénomène récurrent et régulièrement nous tentons d’alerter l’opinion publique et les autorités sur ces violences. Malheureusement comme toujours, nous nous retrouvons seules. »

« Pour nous, il n’y a jamais de deuil national »

À la douleur de la perte de leur amie, s'ajoute la colère face à l'indifférence : « Nous avons en nous cette étrange impression que nos morts ne suscitent aucune émotion. Pour nous, il n’y a jamais de deuil national. Il n’y a jamais de commémoration officielle. La classe politique reste muette. Une fois les articles de presse sensationnalistes passés, c’est le retour au silence, et on doit retourner travailler la peur au ventre, en attendant d’être peut-être la prochaine. Nos morts sont normalisées. Une pute qui meurt c’est un peu comme un personnage de jeu vidéo qu’on tue, ce n’est pas grave. C’est un peu comme une blague sexiste, on en rit, puis on passe à autre chose. » Selon Le Parisien, une dizaine de femmes travailleuses du sexe ont été tuées au bois de Boulogne au cours des dernières années.

Des conditions de travail dégradées et une plus grande insécurité

Depuis son entrée en vigueur il y a deux ans, la loi de pénalisation des clients de la prostitution est dénoncée par plusieurs associations, dont Médecins du Monde et le Planning familial. Elles estiment que, loin d'aider les personnes travailleuses du sexe à sortir de la prostitution lorsqu'elles le souhaitent, la loi a fait empirer leurs conditions de travail, notamment en mettant en péril leur sécurité. 42 % des travailleurs et travailleuses du sexe confient faire face à plus de violences depuis la loi, estime une étude inter-associative publiée en avril dernier. « Tout le monde connait le contexte politique, législatif, administratif et social dans lequel nous vivons. Chacun comprendra et jugera de ce qui facilite ou non ces violences. Nous n’avons pas besoin d’insister dans la dénonciation que nous portons déjà tout le temps » déplorent avec amertume le Strass et Acceptess T." ["post_title"]=> string(129) "« Nos morts sont normalisées » : tristesse et colère des associations après le meurtre d'une femme trans au bois de Boulogne" ["post_excerpt"]=> string(209) "Vanessa Campos, une femme trans travailleuse du sexe a été tuée dans la nuit du 16 au 17 août au bois de Boulogne. Plusieurs associations dénoncent l'indifférence chronique face aux meurtres transphobes." ["post_status"]=> string(7) "publish" ["comment_status"]=> string(4) "open" ["ping_status"]=> string(6) "closed" ["post_password"]=> string(0) "" ["post_name"]=> string(117) "nos-morts-sont-normalisees-tristesse-et-colere-des-associations-apres-le-meurtre-dune-femme-trans-au-bois-de-boulogne" ["to_ping"]=> string(0) "" ["pinged"]=> string(0) "" ["post_modified"]=> string(19) "2018-08-18 12:50:48" ["post_modified_gmt"]=> string(19) "2018-08-18 10:50:48" ["post_content_filtered"]=> string(0) "" ["post_parent"]=> int(0) ["guid"]=> string(31) "https://www.komitid.fr/?p=14420" ["menu_order"]=> int(0) ["post_type"]=> string(4) "post" ["post_mime_type"]=> string(0) "" ["comment_count"]=> string(1) "0" ["filter"]=> string(3) "raw" } [6]=> object(WP_Post)#15292 (24) { ["ID"]=> int(14999) ["post_author"]=> string(1) "6" ["post_date"]=> string(19) "2018-08-29 15:22:42" ["post_date_gmt"]=> string(19) "2018-08-29 13:22:42" ["post_content"]=> string(4476) "Trottoirs, zones industrielles et bois anonymes, jolis garçons sans noms : centré autour d'un jeune gay de 22 ans qui se prostitue, Sauvage est une « tranche de vie » qui retourne l'estomac, entre violence et tendresse. Le premier long métrage de Camille Vidal-Naquet nous plonge dans le quotidien d'un travailleur du sexe, appelons-le Léo (bien que le sauvageon ne soit jamais nommé dans le film), qui se laisse porter avec une fougueuse désinvolture au gré des clients, des drogues, de la fête, de ses coups de cœur et de sa santé qui se dégrade à vue d'œil.

Félix Maritaud et Camille Vidal-Naquet : le duo qui secoue

Suivant un Félix Maritaud à nu - littéralement - et à vif, le regard que pose le réalisateur sur la prostitution et le milieu gay se fait sans illusions, mais aussi et surtout sans jugement. C'est à celui ou celle qui regarde de se faire sa propre idée... et ce ne sera pas simple. D'une passe à l'autre, on oscille - presque sans transition - entre une dureté extrêmement malaisante et une douceur enveloppante, solaire, qui risquent toutes deux de vous arracher quelques larmes. Camille Vidal-Naquet a passé trois ans auprès d'une association de soutien aux travailleuses et travailleurs du sexe, qui organise des maraudes dans le bois de Boulogne. Cette expérience lui a sans doute permis d'éviter l'écueil des plus gros clichés sur la prostitution. Le réalisateur l'a d'ailleurs répété, c'est son héros, autour duquel il a écrit toute l'histoire de Sauvage, qui est le sujet principal du film, et non le travail du sexe. Quant à Félix Maritaud, que l'on s'habitue volontiers à retrouver dans des rôles gays très forts après 120 battements par minute et Un couteau dans le cœur, il a confié avoir énormément travaillé sur la posture et l'alignement de son corps. Et ça se sent : sa présence transpire à grosses gouttes d'émotions à travers l'écran. Il n'y a pas que nos pupilles qui réagissent à la générosité troublante de son interprétation ! Maux de ventres et frissons sont aussi au rendez-vous.

Beaucoup de questions, très peu de réponses

Précarité matérielle et physique, brutalité, mais aussi euphorie, délicatesse et bienveillance... dans un habile numéro de jonglerie, Sauvage réussit l'exploit de trouver un équilibre, mouvementé mais solide, sans être neutre pour autant. Le seul parti pris sur la complexe question de la prostitution, dans un monde qui criminalise et stigmatise cette activité ainsi que les travailleurs et travailleuses du sexe, qui en payent le prix fort, c'est de montrer, pour interroger. En allant regarder le puissant et nécessaire Sauvage, n'attendez ni morale ni même dénouement clefs en main. Comme l'a expliqué Camille Vidal-Naquet à l'avant-première du Queer Cinéma Club le 19 juillet dernier au Luminor, le personnage principal n'existe que du début à la fin du film, sans avant, ni après. Les questions qu'il laisse dans son sillage, sur sa manière d'être, ses choix et le monde qui l'entoure, elles, ne s'estomperont pas de si tôt. Cette œuvre est faite pour nous bouleverser, et elle arrive à ses fins avec une beauté très singulière, jusque dans ses scènes les plus sombres.  

Sauvage

Réalisation : Camille Vidal-Naquet Drame – France – 2018 Distribution : Félix Maritaud (Léo), Eric Bernard (Ahd). Retrouvez notre grand entretien avec Camille Vidal-Naquet, réalisateur de Sauvage, ici." ["post_title"]=> string(83) "« Sauvage », un regard sans fard ni misérabilisme sur la prostitution masculine" ["post_excerpt"]=> string(154) "Félix Maritaud dans son plus beau rôle grâce au premier long métrage de Camille Vidal-Naquet : « Sauvage » sort en salles ce mercredi 29 août 2018." ["post_status"]=> string(7) "publish" ["comment_status"]=> string(4) "open" ["ping_status"]=> string(6) "closed" ["post_password"]=> string(0) "" ["post_name"]=> string(74) "sauvage-un-regard-sans-fard-ni-miserabilisme-sur-la-prostitution-masculine" ["to_ping"]=> string(0) "" ["pinged"]=> string(0) "" ["post_modified"]=> string(19) "2018-08-30 10:34:32" ["post_modified_gmt"]=> string(19) "2018-08-30 08:34:32" ["post_content_filtered"]=> string(0) "" ["post_parent"]=> int(0) ["guid"]=> string(31) "https://www.komitid.fr/?p=14999" ["menu_order"]=> int(0) ["post_type"]=> string(4) "post" ["post_mime_type"]=> string(0) "" ["comment_count"]=> string(1) "0" ["filter"]=> string(3) "raw" } [7]=> object(WP_Post)#15262 (24) { ["ID"]=> int(14947) ["post_author"]=> string(1) "6" ["post_date"]=> string(19) "2018-08-29 17:58:53" ["post_date_gmt"]=> string(19) "2018-08-29 15:58:53" ["post_content"]=> string(13533) "C'est un premier long métrage pour Camille Vidal-Naquet. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il s'agit de présentations fracassantes avec le grand public : avec Sauvage, le réalisateur nous plonge dans le quotidien d’un travailleur du sexe qui se laisse porter avec désinvolture au gré des clients, des drogues, de la fête, de ses coups de cœur et de sa santé qui se dégrade à vue d’œil. Rencontre avec celui qui met Félix Maritaud à vif, et à nu, et s'éloigne des lieux communs sur la prostitution avec autant d'intelligence que de beauté. Entre une pomme Pink Lady et un café au Pain Quotidien de Bastille, le cinéaste et prof de ciné nous raconte les secrets d'écriture et de tournage de son film. Interview.

Komitid : Pourquoi avoir choisi le thème de la prostitution masculine, et homosexuelle, pour ce premier long métrage ?

Camille Vidal-Naquet : Ah mais parce que oui, il y a aussi une prostitution masculine hétérosexuelle, effectivement… C'est plus rare ça, non ? En fait, je ne suis pas partie d'un sujet, je suis partie du personnage. Je ne me suis pas dit « tiens, je vais faire un film avec pour thème la prostitution masculine ». Sauvage n'est pas un film à sujet.
« Sauvage n'est pas un film à sujet »
J'avais vraiment envie de me concentrer sur ce personnage dont j'ai déjà pas mal parlé dans mes courts métrages : un jeune mec qui est seul, à l'abandon, la vingtaine, face à un monde brutal, violent, et qui cherche l'amour, l'affection. Et puis j'avais l'idée d'un script qui était écrit sur quelqu'un qui faisait des rencontres, régulièrement, donc assez rapidement, ça m'a amené sur le thème de la prostitution masculine. Il y a aussi et surtout le thème de la précarité, dans un premier temps, c'était très important pour moi de parler d'un protagoniste qui n'avait rien, pas de position matérielle. Cette idée de personnage un peu désinvolte, au-dessus de tout, au-dessus des règles, marginalisé, m'a amené dans ce milieu là, où, par excellence, cette problématique est présente.

Comment écrit-on un personnage qui n'est pas nommé ?

Aucun personnage n'a de prénom dans le film ! Le seul qui en a un, c'est Claude, le client canadien. En fait, je voulais vraiment que les personnages n'aient pas de nom, ni que l'on puisse identifier la ville dans laquelle on a tourné (Strasbourg, ndlr), je voulais que ce ne soit pas centré, anecdotique. Je voulais que ce soit un peu étrange, qu'il y ait du mystère, et dans la ville, et dans les personnages. De plus, ces travailleurs, souvent, ne donnent pas leur nom, restent anonymes. C'était donc très important pour moi que, dès le départ, le personnage ne soit pas nommé, et que la ville ne soit pas identifiable.
« Lui, son humanité, elle passe par ses émotions »
Lui, son humanité, elle passe par ses émotions, par le don de lui-même. C'était spontané… Le prénom c'est une appellation, mais justement il y avait là quelque chose d'animal, de sauvage, on peut aussi se souvenir que les animaux n'ont pas de nom, même si on leur en donne. Le personnage se manifeste par plein d'autres choses. C'était aussi une volonté de respecter une forme d'anonymat, de ne pas situer, que de ne pas lui donner de prénom. [caption id="attachment_15062" align="alignnone" width="1024"]Félix Maritaud dans « Sauvage » - Pyramide Distribution Félix Maritaud dans « Sauvage » - Pyramide Distribution[/caption]

Est-ce particulièrement difficile de trouver des financements pour réaliser un film qui aborde des thématiques comme l'homosexualité, la prostitution, aujourd'hui ?

Malheureusement, il est difficile de trouver des financements pour tous les films, aujourd'hui, vraiment. Et je pense que c'est compliqué aussi, particulièrement, quand on ne prépare pas un blockbuster avec des grosses têtes d'affiche, des stars… Ça reste de toute façon compliqué, hormis les thèmes abordés dans Sauvage.
« Pour être honnête, je pensais que ce serait impossible de faire ce film »
Après, j'ai été agréablement surpris car le film a suivi un circuit de financement assez classique. J'ai trouvé ça super de voir qu'en France, on pouvait faire un film comme ça, qui a été financé par le CNC et par la région Grand Est, un organisme public. Oui, bien sûr, c'était difficile à financer, mais je pensais que ça le serait beaucoup plus. Pour être honnête, je pensais que ce serait impossible de faire ce film. Ça reste quand même un film très libre, j'ai pu montrer tout ce que je voulais montrer, c'est super !
« Certains comédiens ont refusé de passer le casting »
Ce serait intéressant d'avoir une discussion avec les producteurs, ceci dit, parce que eux ont sans doute été confrontés à des réactions négatives, vu le thème, vu la nudité, c'est obligé qu'on leur ait dit « ce n'est pas possible » à un moment ou un autre. C'est évident que cela a aussi joué dans le choix des lieux de tournage, puisque certains ont refusé de prêter des décors. Certains comédiens ont refusé de passer le casting, aussi. Pourquoi ? C'est quand même un rôle très particulier… Au final, je suis vraiment content de la manière dont ça s'est passé.

Vous avez passé du temps auprès de travailleurs et travailleuses du sexe en amont de la concrétisation de ce film, pouvez-vous nous en dire plus sur votre démarche ?

J'ai passé trois ans dans une association humanitaire qui s'occupe des questions de précarité et de prostitution et qui va, entre autres, à la rencontre de ces garçons : Aux captifs, la libération. Cette organisation catholique a plusieurs antennes, dont une au bois de Boulogne. Avec les bénévoles, je faisais la maraude du jeudi soir et je discutais, autour de cafés, avec des garçons. Mais pas que, contrairement à ce que j'ai choisi de représenter dans Sauvage. Trois ans, c'est long, j'ai même un peu oublié le scénario, j'ai fait des rencontres fortes. J'ai appris énormément de choses et été pas mal estomaqué. Au bout d'un moment, le producteur m'a dit « allez ! », mais ça a été difficile… La phase d'écriture qui a suivi a été intense.

Les scènes de passe sont toutes très différentes, entre tendresse, indifférence et grande violence. Vous ont-elles été inspirées par les rencontres lors des maraudes et les récits que vous y avez entendus ?

La plupart, je les ai imaginées sur des modèles d'histoires qui m'ont été racontées, oui. C'était un ensemble de choses. Parfois j'en ai adapté un petit morceau, parfois j'ai complètement inventé, c'était vraiment un mélange. [caption id="attachment_15069" align="alignnone" width="1024"]Félix Maritaud dans « Sauvage » - Pyramide Distribution Félix Maritaud dans « Sauvage » - Pyramide Distribution[/caption]

Vous avez évoqué votre choix de ne pas aborder la thématique de la police et des rapports qu'elle entretient avec travailleuses et travailleurs du sexe, avec le contexte actuel, car cela aurait nécessité plus de temps pour être bien fait, et que cela aurait risqué d'empiéter sur l'histoire du personnage. Est-ce un sujet sur lequel vous aimeriez revenir plus tard ?

Oh non… Le truc, c'est que, forcément, la prostitution soulève une quantité de thèmes énorme : les questions de santé, des réseaux de traite d'êtres humains, de drogues, de répression et il y aurait de quoi faire un film pour chacune de ces thématiques. J'ai essayé de faire attention, que ça ne devienne pas non plus un film qui essaie de brasser un maximum de sujets en même temps, c'est le meilleur moyen pour les traiter mal, alors que c'est important, il y a quand même une forme de gravité, là.
« Ce n'est pas une analyse socio-politique »
Soit on en parle et on en prend la responsabilité, et on en parle vraiment, mais on ne peut pas balayer ça d'un revers de la main. C'est trop compliqué, il y a trop à dire. Et ce n'est pas du tout le propos du film : ce n'est pas une analyse socio-politique, pas du tout. Donc je ne pense pas que ça aurait eu sa place, sachant que cela en aurait pris beaucoup. Ça aurait, au final, créé plus de frustration qu'il n'y en a maintenant. Je ne voulais pas que Sauvage soit un film somme, j'ai préféré me concentrer sur ce personnage, ce que je connais le mieux, son don de lui-même aux autres, son rapport à la drogue... Je trouve que quand les films essayent de dire tout, ça fait téléfilm, pour cocher toutes les cases et informer les gens. Le but de Sauvage, c'est d'amener les personnes qui le regardent à se poser des questions, et il y en a suffisamment pour qu'on se les prenne bien violemment. Rajouter des problématiques aurait affaibli ça.

Votre premier court métrage était en LSF, votre premier long tourne autour de la prostitution masculine en milieu gay : est-ce une démarche aussi bien militante qu'artistique que d'aborder des sujets de société vus comme marginaux ?

Je me dis que mon positionnement, mon geste politique, sur Sauvage, ce n'est pas de prendre parti sur un débat. Il est avant tout de montrer des gens qui sont peu représentés, qu'on ne voit pas souvent.
« Montrer des gens qui sont peu représentés »
En ce sens là, oui, il est politique, mais pas militant au sens classique du terme. Ce n'est pas un film dans lequel je défends une position politique particulière, même si j'en ai une, ce n'est pas le but. Là je voulais montrer, comprendre.

Ces trois ans de recherche, et ce tournage, ont-ils changé votre vision sur la prostitution ?

L'idée était de manipuler le cliché. Quand on se prostitue dans la rue, on n'est pas forcément un beau garçon de vingt ans hyper bien foutu. En fait, non, on peut avoir 65 ans et se prostituer ! Un truc qu'on oublie aussi, c'est la difficulté de l'accès à l'hygiène, aux soins, à la nourriture. Et alors, à quoi on ressemble ? Alors même que le corps reste un objet de désir que l'on loue. On pourrait se dire que c'est contradictoire, en fait, non, j'ai découvert ça, par exemple.
« L'idée était de manipuler le cliché. Quand on se prostitue dans la rue, on n'est pas forcément un beau garçon de vingt ans hyper bien foutu »
J'ai aussi découvert la manière dont les gens usent de leur argent, la manière dont ils pensent pouvoir posséder quelqu'un car ils ont payé pour satisfaire leur égo. Que ça se fasse dans une violence assumée ou beaucoup plus insidieuse. Au final, je me suis senti tout petit. Je me suis rendu compte à quel point ces mecs connaissaient les humains, le monde. Et j'ai appris, énormément. Et encore, j'y ai passé trois ans, il faudrait en passer dix, juste dans une rue précise, en dehors de la prostitution dans toute sa globalité… Et encore, sans aborder la question de la prostitution masculine avec les femmes, sûrement un prochain film, autre sujet, merci pour l'idée ! (Rires)

Avez-vous eu des échos de travailleurs ou travailleuses du sexe sur Sauvage ?

Non, du moins pas encore, ça a été un peu fou depuis Cannes. J'ai hâte que le film sorte, enfin. Mais oui, j'aimerais bien en parler avec des associations, je trouve ça important pour prolonger le film, qui montre des choses fortes.

Vous verriez-vous travailler de nouveau avec Félix Maritaud, avec qui la collaboration a eu l'air d'être très intense sur Sauvage ?

Bien sûr, bien sûr, bien sûr ! Après le truc, c'est que je n'écris jamais un scénario pour un comédien, je le fais sans avoir quelqu'un en tête.
« Pas de prénom, pas de sexe, que dalle, je m'en fous, j'écris comme ça »
Pas de prénom, pas de sexe, que dalle, je m'en fous, j'écris comme ça. En tout cas ça ne m'est pas encore arrivé. Mais c'est vrai que c'était intense de tourner avec Félix, j'adorerais renouveler l'expérience avec lui, et lui aussi, je pense, enfin j'espère, mais... j'crois que oui. [caption id="attachment_15064" align="alignnone" width="763"]Affiche film sauvage L'affiche du film « Sauvage »[/caption]" ["post_title"]=> string(91) "« Manipuler le cliché de la prostitution » : Camille Vidal-Naquet raconte « Sauvage »" ["post_excerpt"]=> string(193) "Le réalisateur de « Sauvage », révélation fracassante pour Félix Maritaud, raconte sa vision du travail du sexe, son procédé d'écriture et le tournage de son long métrage à Komitid." ["post_status"]=> string(7) "publish" ["comment_status"]=> string(4) "open" ["ping_status"]=> string(6) "closed" ["post_password"]=> string(0) "" ["post_name"]=> string(75) "manipuler-le-cliche-de-la-prostitution-camille-vidal-naquet-raconte-sauvage" ["to_ping"]=> string(0) "" ["pinged"]=> string(0) "" ["post_modified"]=> string(19) "2018-08-29 17:58:53" ["post_modified_gmt"]=> string(19) "2018-08-29 15:58:53" ["post_content_filtered"]=> string(0) "" ["post_parent"]=> int(0) ["guid"]=> string(31) "https://www.komitid.fr/?p=14947" ["menu_order"]=> int(0) ["post_type"]=> string(4) "post" ["post_mime_type"]=> string(0) "" ["comment_count"]=> string(1) "0" ["filter"]=> string(3) "raw" } } } -->

« Mes clientes hétéros singent le porno lesbien » : une travailleuse du sexe lesbienne témoigne

Publié le

Un témoignage rare et précieux sur le travail du sexe lesbien, ainsi que sur les représentations collectives du sexe entre femmes.

Témoignage prostitution travailleuse du sexe lesbienne raconte son quotidien dans une interview rare et précieuse
« Mes clientes hétéros singent le porno lesbien » : une travailleuse du sexe lesbienne témoigne - alexfan32 / Shutterstock

Dans les colonnes de VICE Pays-Bas, Velvet, travailleuse du sexe lesbienne, a décidé de raconter son parcours et son quotidien à Amsterdam.

Dans une tribune, celle qui se définit escort, explique que si c’est la nécessité qui l’a amenée au travail du sexe, elle aime son métier, bien qu’il n’ait pas été si simple pour elle de trouver une agence qui lui permette de n’avoir que des femmes comme clientes à ses débuts. Elle a fini par tomber sur The Naughty Woman, qui lui a permis d’exercer dans les conditions qu’elle souhaitait : « Quand je suis arrivée dans leurs bureaux, elles m’ont demandé ce que je pensais de l’industrie du sexe, quelles étaient mes limites et si je savais utiliser un gode ceinture. J’ai été prise ».

De la vision hétérocentrée du sexe lesbien dans les représentations collectives

Velvet raconte que sa clientèle est très diverse, entre vieilles lesbiennes qui font leur coming out sur le tard, femmes hésitant sur leur orientation sexuelle, femmes bisexuelles, gouines épanouies… mais qu’elle travaille également avec de nombreuses femmes hétéros qui cherchent à expérimenter le sexe avec une autre femme, pour pimenter leur vie sexuelle, ou simplement par curiosité. « Ce qui me frappe souvent chez mes clientes hétéros, c’est qu’elles s’inspirent du porno lesbien, et selon moi, ça n’a pas grand chose à voir avec la réalité », confie la travailleuse du sexe. « Elles sont tellement curieuses qu’elles veulent tout essayer en même temps. Elles vous lèchent une seconde et vous prennent avec un gode ceinture la seconde d’après. »

« Le mythe le plus persistant ? La sexualité lesbienne se résumerait à la position des ciseaux »

Un retour d’expérience qui en dit long sur les représentations biaisées du sexe lesbien dans le porno mainstream. « Le mythe le plus persistant ? La sexualité lesbienne se résumerait à la position des ciseaux. C’est faux. Le schéma est différent du modèle hétérosexuel », conclut-t-elle. Velvet explique également que cumuler l’identité lesbienne avec celle de travailleuse du sexe lui vaut bien des questions indiscrètes. « En tant que lesbienne, j’y suis habituée, mais le fait que je sois escort laisse penser aux gens qu’ils ont littéralement le droit de me demander tout ce qu’ils veulent : comment j’amène les femmes à l’orgasme, est-ce que j’utilise des sex toys ou quel est mon taux horaire. »

Prostitution et messages sex positive

« C’est un honneur incroyable de vivre ces moments uniques de la vie d’un être humain »

Tout au long de son récit de vie, l’escort néerlandaise explique à quel point la communication et la complicité sont des points essentiels du travail qu’elle mène avec ses clientes. Notamment auprès de personnes fragilisées par des violences. Elle raconte, entre autres, l’histoire d’une de ses clientes, victime de viol : « J’ai essayé de la mettre à l’aise et de lui expliquer qu’elle ne devrait pas faire quelque chose dont elle n’avait pas envie. Au début, elle avait du mal à se lâcher, mais après lui avoir parlé, elle a commencé à répondre à mes questions, ce qui nous a permis de découvrir ce qu’elle aimait ou non. Je l’ai vraiment vue s’ouvrir durant notre session. Ça a été une belle expérience pour nous deux. C’est, en tout cas, un honneur incroyable de vivre ces moments uniques de la vie d’un être humain. Ces quelques heures peuvent être très intenses, car les vraies émotions ont tendance à se manifester pendant les rapports sexuels. ».

Velvet n’oublie pas d’aborder un autre point qui a son importance : la bienveillance de ses clientes à l’égard de son corps. « Contrairement à ce que j’entends au sujet des clients masculins, les femmes ne semblent pas avoir beaucoup d’exigences en ce qui concerne l’apparence physique. En général, elles jettent un coup d’œil à notre petite biographie sur le site et ça suffit. Mais elles peuvent aussi nous demander de leur envoyer une photo ou de porter quelque chose de spécifique, comme du rouge à lèvres ou de la lingerie en dentelle noire. »

Travail du sexe lesbien, la fin d’un tabou ?

Si la question du travail du sexe en général souffre déjà de représentations excessivement misérabilistes ou, à l’inverse, romancées à l’extrême, la prostitution lesbienne semble, elle, presque souffrir d’une invisibilité totale. Les lesbiennes n’existent pas, et les femmes n’ont pas de désir, c’est bien connu…

« Je n’en suis pas fière, mais je n’ai pas honte »

Si le témoignage de Velvet, rare et puissant, est précieux, il est encore plus fort dans l’actualité de cette rentrée, car le hasard a fait qu’il est sorti quelques jours seulement avant une interview de Lily Allen, qui confie avoir fait appel à des escort girls en 2014. En pleine promo de son livre My Thoughts Exactly, la chanteuse bisexuelle a raconté ce passage de sa vie, détaillé dans l’ouvrage, pour «  prévenir » son lectorat. « Je n’en suis pas fière, mais je n’ai pas honte », dit-elle de cette expérience. Si la fin du tabou semble encore loin, on peut espérer que l’écho médiatique de la pop star permettra de visibiliser le travail du sexe lesbien auprès du grand public.