ß

Débat sur la PMA : va-t-on revivre le même enfer qu'en 2013 ?

Publié le

Les médias ont-ils la nostalgie des débats sur le mariage pour tous ? Ils sont en tout cas prompts à dégainer les micros vers les anti-PMA à l'approche des débats parlementaires sur les lois bioéthiques.

manif pour tous 2014
Manifestation organisée par la Manif pour tous le 5 octobre 2014 à Paris - Bambax / Shutterstock.com

En signant une déclaration rappelant leur opposition à l’ouverture de la PMA aux couples lesbiens et aux femmes célibataires, les évêques de France prennent la lumière en ce matin gris du vendredi 21 septembre. Un air de déjà-vu qui fait, il faut bien l’avouer, un peu froid dans le dos. On se souvient avec quelle délectation un peu malsaine des médias à forte audience se sont tournés vers la Manif pour tous et consorts en 2012 et 2013, avec les conséquences que cela a eu : une libération sans précédents de la parole homophobe, suivi d’un bouleversement considérable de l’échiquier politique.

« Je ne souhaite pas que ce débat soit hystérisé » affirme ce matin Agnès Buzyn sur CNEWS. Mounir Mahjoubi se veut lui aussi confiant sur France Info : « Ce sujet aujourd’hui, il est mature. » Si les membres du gouvernement se veulent rassurant.e.s, force est de constater que, par la publication de cette déclaration des évêques et l’écho médiatique qu’elle reçoit, ce sont les forces conservatrices qui mènent encore une fois la danse.

Tension médiatique

Il y a cinq ans, la Manif pour tous avait donné le la dès novembre 2012, puis mené tambour battant le calendrier des rassemblements dans l’espace public, poussant les associations LGBT+ françaises à contrattaquer par des manifestations. Les médias avaient suivi, comme charmés par cette mobilisation atypique et sa communication rose et bleue parfaitement rôdée, donnant parfois une couverture sans précédent à la Manif pour tous (souvenons-nous du direct de BFM TV le 13 janvier). Quelques jours plus tard, le 27 janvier, les pro-mariage pour tous avaient eux et elles aussi gagné la rue… mais les caméras n’étaient plus au rendez-vous. L’arrivée du Vendée Globe avait volé la vedette des partisan.e.s de l’égalité. Dommage, mais surtout révélateur.

Alors que la question de la PMA a été repoussée maintes fois pendant le quinquennat de François Hollande, c’est non sans méfiance que les révisions des lois bioéthiques ont été observées, précédées d’un débat, durant lequel un réveil des forces conservatrices a eu le temps de se mettre en place sans aucune contestation en face de lui.

Il y a un an, quasiment jour pour jour, Alice Coffin, membre de l’Association des journalistes LGBT (AJL), mettait en garde dans une tribune publiée sur StreetVox : Et si les médias arrêtaient de faire le jeu de La Manif pour tous. Mais la reprise des éléments de langage pré-mâchés des évêques a encore de beaux jours devant elles (en tête, le fameux « PMA sans père », repris ce matin par Jean-Pierre Elkabbach), et le rapprochement, voire la confusion entre PMA et gestation pour autrui, reste savamment orchestrée.

L’une des traces de l’influence de la Manif pour tous est sa capacité à façonner le vocabulaire et à le distiller dans l’imaginaire collectif et médiatique. Autre problème, ce sont toujours les associations homoparentales et les femmes concernées par la PMA qui sont les grandes absentes des plateaux télés et radios. Si les médias se font fait le relais des positions de l’Ordre des médecins cette semaine, on ne daigne toujours pas demander aux principales concernées leur avis.

Une nouvelle mobilisation LGBTphobe est-elle en marche pour contrer l’ouverture de la PMA aux femmes célibataires et aux couples de femmes ? La Manif pour tous, qui tient son université d’été ce week-end, sera présente mardi 25 septembre au soir devant le Conseil consultatif national d’éthique (CCNE), en réaction à la remise de son avis sur l’extension de la PMA. On remarquera, que la com’ de l’association est déjà prête. Tout un programme.

  • phil86

    Faut il ouvrir le mariage aux couples mixtes et les autoriser à avoir des enfants ? On en est toujours là en 2018 en France pays ranci.

  • expat

    Il faut s’attendre à un déferlement de haine homophobe dans les rues. Les haineux ont déjà commencé sur Twitter, lieu où la fachosphère se déchaîne sans complexe. Il est clair que les rageux de la manif pour tous vont ressortir s’aérer avec leurs drapeaux roses et bleus, trop contents d’aller cracher votre venin dans les rues de Paris, de Lyon et d’ailleurs. Le plus important est : est-ce que le gouvernement reculera ? Fera t’il trainer les débats comme pour le mariage pour tous ? Personnellement, je n’ai aucune confiance en Macron. J’espère sincèrement me tromper sur lui….