« Dîner PMA » entre hommes, à l'Elysée : la goutte d'eau

Publié le

Le 23 mai dernier, on a donné un dîner à l'Elysée pour parler de l'ouverture de la PMA pour tous et toutes sous les ors de la République. Problème ? Sur 20 invité.e.s, 3 femmes, toutes hétérosexuelles.

Palais de l'Elysée - vostok 91 / Flickr

« La soirée a duré plus de trois heures ». Le journal La Croix vient de raconter le déroulement d’un discret dîner, qui a été donné au Palais de l’Elysée le 23 mai dernier, à l’initiative du Président de la République. Un dîner portant sur le thème « procréation et génomique » dont les discussions, selon les informations du journaliste, ont principalement tourné autours de l’extension de la PMA à tous et toutes.

Problème (on vous avoue, ce n’est pas une surprise) : sur les vingt personnes (hors conseiller.e.s de l’État) invitées, trois femmes : la sociologue Irène Théry, la Ministre de la santé Agnès Buzyn et « une adhérente » du blog Icimamasolo (privée de nom, comme c’est souvent le cas des invité.e.s sur les plateaux). Étaient invités et présents, en revanche, Tugdual Derville, le délégué général d’Alliance Vita, et les représentants des cultes catholique, protestant et juif.

Le message est fort de café : dans notre État laïc, sur un sujet de société capital touchant à la procréation, il convient de réparer du lien avec les représentants du culte, et non d’en créer avec les premières concernées.

Étaient invités et présents Tugdual Derville, le délégué général d’Alliance Vita, et les représentants des cultes catholiques, protestant et juifs.

Depuis le début des débats sur l’extension de la PMA, les associations n’ont eu de cesse de rappeler l’importance de travailler avec les principales concernées, les femmes seules et les couples lesbiens. La journaliste Marie Labory avait tapé du poing sur la table, dans un entretien pour Têtu, l’année dernière : « j’entends qu’il faille donner la parole à tout le monde. Mais, « tout le monde » semble un concept difficile à comprendre pour certains médias car il parait difficile pour eux de faire parler les lesbiennes, qui sont quand même les principales concernées. Pourtant, elles sont nombreuses à s’être organisées, a avoir donné leurs numéros de téléphones, à s’être rendues disponibles pour parler. Or, on ne les voit pas beaucoup. Elles ne sont donc pas invitées. »

Après les divers atermoiements sur la gestation de cette nouvelle loi, autrefois promesse de campagne, aujourd’hui hypothèse soumise à caution et à débat citoyen, ce dîner est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Sur Twitter, les réactions ont été à la mesure du camouflet.


La Secrétaire d’État chargée de l’égalité femme homme, Marlène Schiappa, ainsi que la députée LREM Laurence Vanceunebrock-Mialon – d’une discrétion sempiternelle – ont été prises à parti.

Irène Théry, qui ne souhaite pas s’exprimer sur le dîner, a évoqué à Komitid son optimisme sur le passage de la loi sur l’extension de la PMA, mais rappelle que le sujet de la filiation doit être capital : « le rapport de force a été créé mais il faut être très attentif à ne pas dissocier PMA et filiation, afin de ne pas répéter les erreurs de l’après Mariage pour tous, qui n’était pas allée jusqu’à la Loi Famille ».

Si La Croix mentionne que – à l’instar d’Irène Théry – la majorité des invité.e.s se sont exprimés en faveur de l’extension, en ajoutant que c’était le cas des médecins François Olivennes et Israël Nisand, il précise également que le président est resté de marbre, comme son Palais.