La PMA pour toutes, promise dès 2012 par les socialistes, verra-t-elle le jour avec Emmanuel Macron ?

Publié le

Le projet de loi sur la bioéthique, qui contient l'ouverture de la PMA à toutes les femmes, est présenté mercredi 24 juillet en Conseil des ministres. Komitid vous raconte la longue série de promesses non tenues, de reculades et d'atermoiements sur la PMA, depuis 2012 à aujourd'hui.

PMA
Le char de SOS homophobie à la Marche des fiertés, à Paris, le 29 juin 2019 - Shutterstock
Article Prémium

Depuis un an et demi, Komitid a consacré plus de 80 articles à la PMA et encore plus si l’on compte des articles sur les familles homoparentales.

Telle une série, la PMA a connu bon nombre de rebondissements durant cette période, marquée en grande partie par les atermoiements d’une partie du gouvernement et du Président de la République. 

Fiction et réalité

Mais il faut remonter cependant bien avant la création de Komitid, en 2013 très exactement, si l’on veut analyser correctement ce qu’il s’est passé et pourquoi la PMA n’a pas été mise en place plus tôt. Car la comparaison entre fiction et réalité s’arrête là. En l’espace de plus de six ans et de délais sans cesse repoussés, combien de femmes ont dépassé l’âge de pouvoir procréer ? Combien ont du se rendre à l'étranger pour pouvoir accéder à la PMA, avec tous les coûts que cela engendre ?

Alors que le projet de loi sur la bioéthique et ses 32 articles, dont celui sur la PMA, doit être présenté demain en Conseil des ministres et sera discuté au Parlement à partir de septembre, nous retraçons les épisodes marquants du parcours de cette ouverture de la PMA à toutes les femmes.

En 2012, pendant la campagne pour l'élection présidentielle qui verra la victoire de François Hollande, tout semblait plié. Le candidat s'était engagé à ouvrir le mariage et l'adoption à tous les couples, mais aussi la PMA à toutes les femmes. Lors du meeting pour l'égalité, organisé quelques semaines avant l'élection, Najat Vallaud-Belkacem, alors porte parole du candidat, expliquait que tout était prêt.

Pas d'élargissement

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous