Référendum anti mariage pour tous en Roumanie : « une tactique de diversion de la part du gouvernement »

Publié le

Les roumains et roumaines votent ce week-end pour savoir si, oui ou non, une famille ne peut être « qu'un homme et une femme ». Mais au delà des gros titres et des messages anti mariage pour tous, l'organisation du référendum cache une série de calculs politiques... et le travail d'organisations évangélistes. Explications.

Une manifestation contre le référendum sur la définition de la famille à Bucarest le 1er octobre 2018 - Mozaiq / Facebook
Article Prémium

« Un torrent de haine. » Les mots sont durs pour qualifier le climat politique actuel en Roumanie. Le pays organise ce week-end, les 6 et 7 octobre, un référendum décrit par la presse internationale comme visant à faire entrer l’interdiction du mariage pour tous dans la constitution. En réalité, la question posée porte sur la définition de la famille, les instigateurs et instigatrices du vote souhaitant voir celle-ci réduite à un couple hétérosexuel marié. Angoissant ? Oui, d’autant que des posters invitant les roumain.e.s à « défendre les enfants » ont fait leur apparition dans tout le pays. Mais sur place, les associations LGBT+ s’inquiètent surtout que les débats entourant le référendum ouvrent la parole homophobe. À quelques heures de l’ouverture des bureaux de votes, Komitid vous aide à démêler le vrai du faux. Explications. Ce samedi, les Roumains et les Roumaines auront donc deux jours pour dire si, oui ou non, ils considèrent « que la…

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous