Le Brexit est-il une menace pour les droits des LGBT+ britanniques ?

Publié le

Des activistes britanniques s'inquiètent de l'impact de la sortie de l'Union européenne de la Grande-Bretagne sur les avancées des droits. Sans l'UE, les personnes LGBT+ bénéficieront de moins de protections. Explications.

L'Hôtel de ville de Londres lors de la marche des fiertés 2017 - Wei Huang / Shutterstock
L'Hôtel de ville de Londres lors de la marche des fiertés 2017 - Wei Huang / Shutterstock
Article Prémium

Bye bye le Royaume-Uni. Le pays marquera ce samedi 23 juin les deux ans depuis le vote du Brexit. Le départ de l’Union européenne (UE) est désormais prévu pour le 29 mars 2019 à 23 heures. L'heure d'un grand saut vers l’inconnu pour le pays. Et pas seulement en terme économique ou politique : certaines associations craignent que les droits des personnes LGBT+ pâtissent du Brexit. Explications.

Le Royaume-Uni arrive en quatrième place au classement des pays LGBT friendly de l’Association internationale des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, trans et intersexués Europe (ILGA). Pourtant, l'inquiétude est réelle. « Nous nous apprêtons à perdre nos droits ». La sonnette d’alarme a été tirée dans le quotidien The Guardian par Jonathan Cooper, un avocat britannique et spécialiste des droits humains.

Ce qui inquiète, c’est le retrait du Royaume-Uni de la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne. Un texte qui a valeur de garde-fou et protège les droits des citoyens et citoyennes de l'Europe.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous