Europe : des centaines de milliers de personnes ont marché pour l'égalité des droits ce week-end

Publié le

Riga, Rome, Bucharest, Athènes... ce samedi 9 juin 2018, des milliers d'européens et d'européennes se sont donnés rendez-vous dans les marches des fiertés. L'occasion de rappeler que tous les pays de l'UE ne sont pas sur la même page en matière de droits LGBT+.

Les Marches des fiertés 2018 de Rome, Athènes et Bucharest
Les Marches des fiertés 2018 de Rome, Athènes et Bucharest / deremsepasta, spyridonkagkas et bucurestirealist via Instagram

Des images qui font chaud au cœur. À Rome, Athènes, Bucharest, Varsovie et Riga, des milliers de personnes ont défilé samedi 9 juin pour l’égalité des droits. Pour l’occasion, Komitid a décidé de vous faire un petit récap’ en tweets, photos et vidéos.

Rome, Italie

Ce sont des centaines de milliers de personnes qui sont venues afficher leur fierté dans la capitale italienne, quelques jours après les propos polémiques du nouveau ministre de la Famille qui avait jugé que « les familles homoparentales n’existaient pas ».

Un climat qui a poussé de nombreux italiens et italiennes à venir marcher. « C’est très important que nous soyons ici, parce que nous devons répondre et montrer qu’il est faux de dire que nous n’existons pas » raconte André, un participant, au Guardian.

Si les unions civiles sont légales pour les couples de même sexe depuis 2016, le mariage et l’adoption sont toujours réservés aux hétérosexuels. Et ce n’est pas le nouveau gouvernement, alliance de la Ligue du Nord (extrême-droite) et du Mouvement 5 étoiles (populiste) qui changera la donne.

Riga, Lettonie

C’est dans la capitale lettone que la Baltic Pride, qui réunit également des marcheurs et marcheuses Estoniennes et Lithuaniennes, était organisée cette année. L’occasion pour des milliers de personnes de venir rappeler que les pays baltes sont encore très à la traîne en matière d’égalité des droits.

« La Lettonie est à la dernière place de l’Union européenne quand on en vient aux droits des personnes LGBT », explique l’un des organisateurs Kaspars Zalitis, toujours au Guardian. « Il n’y a aucune protection contre les discriminations, les crimes de haine et aucun respect pour les personnes trans. »

Ils et elles ne marchaient pas uniquement pour l’égalité des personnes LGBT+. À Varsovie, la Parade pour l’égalité était l’occasion de défendre aussi les droits des femmes, des personnes racisées et handicapés.

Au total, près de 45 000 personnes sont venues défier le gouvernement ultra-conservateur dans un un pays encore très frileux sur ces questions. La Pologne n’autorise ni le mariage, ni l’union civile et encore moins l’adoption aux couples de même sexe.

Les manifestant.e.s ont également pu compter sur le soutien de l’ambassadeur irlandais , venu inaugurer la marche par une lettre signée par 52 pays.

Bucharest, Roumanie

Un peu plus au sud, mais toujours à l’est, ce sont environ 3000 personnes qui ont dit oui à la Marche des fiertés de Bucharest. L’occasion, pour nombre de manifestants et manifestantes, de célébrer une décision de la Cour de justice de l’Union Européenne tombée plus tôt cette semaine.

Désormais, l’époux ou l’épouse d’un ressortissant.e de l’UE sera reconnu.e quel que soit le pays où le couple réside, et ce, peu importe si le pays autorise le mariage ou l’union civile aux couples de même sexe.  Adrian Coman et Claibourn Hamilton, un couple américano-roumain, sont ceux qui ont permis cette décision historique en portant l’affaire devant la Cour.

The beautiful people. #bucharestpride2018 #pride🌈 #bucharestpride

Une publication partagée par Olivia Vereha (@oliviavereha) le

Athènes, Grèce

Étape finale, mais pas des moindres, la capitale grecque a accueillie des milliers de manifestant.e.s ce samedi. L’occasion de célébrer la toute récente possibilité pour les couples de même sexe d’adopter des enfants, même si le mariage pour tous n’est toujours pas légal dans le pays.