Comment les fans LGBT+ se préparent pour la Coupe du monde de football au pays de Poutine

Publié le

Si les supporters et supportrices qui comptent sortir leurs drapeaux arc-en-ciel dans les gradins de cette Coupe du monde 2018 sont plutôt optimistes sur le déroulement des événements, la « tolérance » annoncée à leur égard ne devrait pas vraiment pas s'étendre aux activistes LGBT+ de Russie...

Coupe du Monde de Football 2018 en Russie : le privilège des fans LGBT+ étranger.e.s
Coupe du Monde de Football 2018 en Russie : le privilège des fans LGBT+ étranger.e.s - PROGroundhopping Merseburg / Flickr
Article Prémium

Le coup d’envoi de la Coupe du monde de Football 2018 est donné ce jeudi 14 juin en Russie. Après des mois de discours contradictoires entre différents guides de conduite pour supporters et supportrices LGBT+ venu.e.s de l’étranger (FSF, FARE, Memorial…) et le positionnement officiel – incarné par Alexeï Smertine, ancien capitaine de l’équipe nationale russe et l’ambassadeur du mondial- qui s’annonce comme tolérant « dans les limites du raisonnable »… il semble que les fans de ballon rond pourront bel et bien sortir leurs drapeaux arc-en-ciel. Mais uniquement dans les stades et leurs environs, leur protection n’étant plus vraiment garantie hors du champ des caméras. Une condition implicite qui en dit long sur les limites de cette « ouverture » temporaire pour la visibilité LGBT+. Visibilité arc-en-ciel au mondial 2018 : un enthousiasme modéré chez les militant.e.s LGBT+ de Russie Les activistes russes n’ont pas tout à fait la même approche que celles et…

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous

  • lena_smirno

    Déjà aujourd’hui, deux victimes de la violence homophobe à Saint-Pétersbourg: https://www.facebook.com/urgencetchetchenie/posts/533655073697863

    Dire que je suis étonnée? Comme si les violences quotidiennes subies par les personnes et les communautés LGBT+ en Russie, encouragées par la politique de l’administration de Poutine, devraient cesser pour la coupe du monde, ou, d’une façon magique, ces violences auraient touché uniquement les populations locales, mais pas les étranger.e.s visitant le pays. Je suis enragée, oui, mais pas étonnée.