Transgender Day of Remembrance 2020 : pour que cette hécatombe cesse !

Publié le

Les personnes trans font partie des groupes les plus en danger sur cette terre et il faut que cette hécatombe cesse !

Le TDOr à Paris en 2018 - Acceptess-T

Chaque année, le 20 novembre, nous nous souvenons et honorons la vie des personnes trans et de genre non conforme qui ont été assassinées au cours des 12 derniers mois. Instaurée en 1998, elle a été organisé en France à partir de 2002. L’an dernier, une vingtaine d’événements avait eu lieu dans plusieurs villes pour les 20 ans de cette journée.

Cette année, en raison du confinement, les associations sont empêchées de mener au mieux cette commémoration mais des actions sont cependant prévues. Car les crimes de haine transphobes n’ont pas cessé, eux. Et chaque année le décompte donne froid dans le dos. Même si de nombreux pays ne disposent pas de statistiques fiables, celles qui existent éclairent une réalité encore mal connue : les personnes trans font partie des groupes les plus en danger sur cette terre et il faut que cette hécatombe cesse ! Les pouvoirs publics n’ont toujours pas pris la mesure du problème et nombre d’assassinats ne sont pas résolus.

En février 2020, nous apprenions avec horreur le meurtre de Jessyca Sarmiento, une femme trans, travailleuse du sexe, tuée au Bois de Boulogne.

Je me souviens de cette marche à travers le Bois de Boulogne, pour aller rejoindre le lieu du meurtre. L’émotion de toutes et tous était palpable et impressionnante. Comment pouvons-nous supporter ces assassinats ?

Selon un rapport établi par l’ONG « Transrespect vs Transphobia Worldwide », 350 personnes trans et de genre variant ont trouvé la mort cette année dans le monde.

Pour ne prendre que ce qui se passe aux États-Unis et qui est publié par l’association Human Rights Campaign à l’occasion du TDOr, il y aurait déjà eu 37 meurtres de personnes trans et de genre variant en 2020 et parfois, comme le signale le HCR, les assassins sont le partenaire, des proches ou des inconnus. Mais au delà des chiffres, cette journée du TDOr permet de mettre des noms, des histoires derrière les statistiques. Combien de vies gâchées, d’expériences perdues.

Une étude britannique a pour la première fois montré que les personnes trans étaient deux fois plus susceptibles d’être victimes de crimes (incluant les insultes) que les personnes cis.

Dénoncer les crimes, honorer la mémoire des victimes, mais s’occuper aussi des vivant.e.s ; C’est pourquoi les personnes LGB+ doivent se montrer encore plus solidaires. Depuis le mois de mars et le premier confinement, plusieurs associations ont mis en place un dispositif d’aide aux personnes trans démunies et aux travailleur.eu.ses du sexe. Cela s’appelle le Fonds d’Action Social Trans (Fast) qui fait un travail formidable, et dont nous vous en avons parlé sur Komitid.

Si vous ne l’avez pas déjà fait, c’est peut-être le moment de faire un don ?

 

Centre de préférences de confidentialité