Utilisateurs angoissés, laboratoire négligent : enquête sur la pénurie d'Androtardyl

Publié le

Ce n'est pas la première fois que les hommes trans se retrouvent en difficulté pour se procurer de la testostérone, tandis que le fabricant du médicament, Bayer, ne semble pas réceptif au problème.

testosterone
Enquête sur la pénurie d'Androtardyl
Article Prémium

Pendant un mois et demi, il a été impossible de trouver une ampoule d’Androtardyl, nom commercial de la testostérone de synthèse, où que ce soit en France. Or, de nombreux hommes trans et de personnes non-binaires transmasculines ont besoin de cette injection mensuelle de testostérone. L'Androtardyl est revenu le 6 mars, petit à petit. Le produit, vendu par la société pharmaceutique Bayer, était en rupture de stock. Les pharmacies ne pouvaient pas en commander, le laboratoire, situé à Berlin, n'en avait pas non plus. Selon Oscar de l'association C'est Pas Mon Genre ! (CPMG), ce genre de pénurie se produit « tous les deux ans ». « À Toulouse, l'été dernier, j'avais dû faire cinq pharmacies avant de trouver une ampoule », se souvient Elio. Contacté par Komitid, le service communication de Bayer affirme qu'il n'y a pas eu de pénurie ces dernières années et préfère parler de « tensions d'approvisionnement il y a environ un an ». De nombreux témoignages s'accordent cependant sur les nombreuses difficultés pour trouver ce produit.

Une pénurie aux lourdes conséquences

Adan a commencé l'Androtardyl il y a quatre mois et témoigne : « De me retrouver soudain privé de T (de testostérone, ndlr), sans que personne ne puisse me dire quand je pourrai en avoir, c'est super angoissant. C'est aussi humiliant de devoir aller quémander dans toutes les pharmacies, en ne sachant pas à quel accueil on va avoir droit. » À cela s'ajoute l'angoisse de changements physiques indésirables. « C'est vraiment pénible de rester dans le flou », renchérit Elio, « et d'être dans un stress constant, en plus du reste, de voir ton traitement hormonal qui peut s'arrêter du jour au lendemain sans savoir pourquoi. Surtout quand tu sais pertinemment que tu n'es pas assez à l'aise avec ton corps pour supporter ne serait-ce qu'un mois sans T, parce que le truc qui te fait tenir, c'est d'avoir des changements petit à petit et te dire qu'il y en aura d'autres. »

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.
Pour continuer la lecture, veuillez vous identifier ou abonnez-vous à partir de 1€.