« Quand on arrive devant les psys de la Sofect, il faut avoir envie de mourir » : enquête sur les équipes « officielles » du parcours trans

Publié le

Depuis sa création, la Société Française d’Études et de prise en Charge de la Transidentité (Sofect) s’est arrangée pour devenir incontournable pour la prise en charge des personnes trans. Après des années à traîner une réputation déplorable auprès des concerné.e.s, elle tente aujourd'hui de redorer son image… en vain ? Komitid a mené l'enquête.

Marche Existrans 2015 - Julie Missbutterflies / Flickr
Marche Existrans 2015 - Julie Missbutterflies / Flickr
Article Prémium

Depuis les années 90, en France, des centaines de personnes trans sont passées entre les mains d’équipes médicales pluridisciplinaires. Car entre 1992 et 2016, le changement d’état-civil ne pouvait être effectué sans chirurgie génitale. La Société Française d’Études et de prise en Charge de la Transidentité (Sofect) s’est arrangée pour devenir incontournable au sein de l’hôpital public. Problème, certains de ses membres ont tendance à soigner celles et ceux qui ne devraient pas l’être. Car la transidentité n’est pas une maladie. Démarches pathologisantes, protocoles fermés et binaires, questionnaires intrusifs… la Sofect traîne une terrible réputation chez les premier.e.s concerné.e.s. Mais la clique des blouses blanches l’affirme : elle aurait évolué avec la société et se serait rachetée une vertu. Alors, vrai ou faux ? Une « spécialité » créée ex-nihilo Un après-midi d’hiver, les couloirs du Pôle Villemin de l’Université Paris Diderot grouillent d’étudiant.e.s en médecine. Dans une salle à l’étage, c’est une autre…

La suite de cet article est en accès Premium.
Pour continuer la lecture, veuillez vous identifier ou abonnez-vous et devenez Premium.
  • evan

    autre chose: le parcours privé n’est pas illégal et le fait que l’article dit qu’en parcours privé on achète nos hormones sur internet induit en erreur… les hormones, on les a légalement en allant chez un endocrinologue ou un gynécologue, renouvellement fait par un généraliste (c’est le code de la Sécu, voyez-vous)… les opérations comme les stérilisations (hystérectomie pour les ftm et orchidectomie pour les mtf) et les chirurgies de la poitrine se font chez des chirurgiens francais, dans des établissements francais… pour les chirurgies de réassignations, c’est effectivement un peu plus à l’étranger (résultats francais: pas mal de ratés pour peu de réussites, même s’il y a de l’amélioration.). donc merci de faire attention çe que vous avancez dans l’article… sinon, article bien fait dans sa globalité, montrant bien le comportement de la sofect. serait-il possible d’avoir un article sur les assos trans? je sais que certaines refuseront, mais d’autres, si les journalistes lisent et signent les chartes (s’engager au respect des personnes trans et des assos mais ils sauront mieux vous expliquer que moi), ça devrait le faire…

  • evan

    oui bon, si la sofect se réinvente, on le sait très bien que c’est pas demain la veille qu’ils vont réellement changer… non non et non, la sofect n’est pas la seule unité de docs qui peuvent prendre en charge les personnes trans, ils ne le seront jamais… il existe dans ce pays un code de la Sécurité Sociale qui dit que chaque patient a le libre choix de son médecin, de son établissement de soin et de son traitement en toute connaissance de cause ===> en quoi la sofect respecte ça???