Taïwan : le gouvernement présente enfin un projet de loi mariage pour tous... sans inclure l'adoption

Publié le

La loi devrait être votée avant le 24 mai prochain. Une victoire attendue, explique l'avocate Victoria Hsu à Komitid, qui pourrait avoir un effet dans toute l'Asie.

taiwan-loi-mariage-LGBT-presentee
La Pride de Taipei en octobre 2015 - Burin P / Shutterstock
Article Prémium

Nous y sommes presque. Le gouvernement taïwanais a présenté cette semaine un projet de loi visant à ouvrir le mariage aux couples de même sexe. Une victoire pour les activistes LGBT+ de l'île de la Mer de Chine, inquiets depuis leur défaite aux multiples référendums organisés il y a quelques mois. Mais le Premier ministre Su Tseng-chang aura respecté le verdict de la Cour Constitutionnelle du pays, qui avait donné jusqu'au 24 mai 2019 au législateur pour inscrire le mariage pour tous et toutes dans le droit.

Les député.e.s du Parti Démocratique Progressiste, au pouvoir, ont donc désormais quelques semaines pour discuter et présenter la loi au parlement taïwanais. « La loi d'exécution de l'Interprétation de la Cour Constitutionnelle numéro 748 », inclura des provisions touchant aux droits médicaux, d'héritages et de vie commune des futurs époux et épouses. Dans un discours, le Premier ministre s'est autorisé à espérer que la loi soit adoptée avec le soutien de l'opposition. Il est permis d'en douter, au vu de la forte mobilisation de groupes anti-LGBT+ (souvent soutenus par des réseaux anti-genre mondiaux) lors de l'organisation des référendums.

Il n'empêche que rien ne devrait arrêter la loi d'être enfin promulguée. Et lorsque ce sera le cas, Taïwan, tant convoité par son voisin chinois, deviendra le premier pays d'Asie à ouvrir le mariage aux couples de même sexe. Victoria Hsu, avocate de profession, est celle qui a mené la bataille pour l’égalité devant la Cour constitutionnelle. Contactée par Komitid, elle estime que l'avancée pour faire bouger toute l'Asie. Interview.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.
Pour continuer la lecture, veuillez vous identifier ou abonnez-vous à partir de 1€.