« RuPaul's Drag Race » version UK : pourquoi des drag queens british disent non

Publié le

Plusieurs queens alertent sur la misogynie et la transphobie de l'émission, et les répercussions de ce capitalisme du drag sur les artistes britanniques.

rupaul drag race uk drag queens britanniques expliquent pourquoi elles ne sont pas emballees
« RuPaul's Drag Race » version UK : des drag queens british disent non - Facebook @son.tutu / Instagram @glamrou / Instagram @ambercadaverous

Not today satan, not today. L’annonce d’une édition britannique de l’émission RuPaul’s Drag Race sur BBC3 pour 2019 a suscité bien des couinements de joie parmi les drag queens européennes (la rumeur dit que quelques queens françaises envisageraient de traverser la Manche pour une telle opportunité) et leurs fandoms. Mais elle n’est pas du goût de tou.te.s dans la communauté LGBT+ pour autant, y compris parmi les drag queens et les drag kings.

L’émission de RuPaul, récemment devenue plus discutée que Game of Thrones sur le forum Reddit, risque de continuer de faire parler d’elle et même d’éclipser la huitième et dernière saison de GOT prévue pour le printemps prochain, avec ces réactions à contre-courant…

« Les problèmes que cela engendre vont bien au-delà de la visibilité  »

« Bien que [l’émission] ait le potentiel pour montrer toute la diversité de la scène drag britannique, je m’inquiète du fait qu’elle exclut des voix déjà peu audibles dans la communauté », alerte Amrou Al-Khadi, dite Glamrou, drag queen non-binaire irako-britannique et militante. « Drag Race a toujours favorisé les hommes cisgenres qui font du drag ». Dans une tribune publiée sur le Guardian, elle poursuit :  « Les problèmes que cela engendre vont bien au-delà de la visibilité. La demande pour les queens qui ont participé à la compétition va augmenter, tout comme leurs tarifs, et on se demande bien quel effet cela aura pour les performeurs et performeuses de drag qui ne veulent pas ou ne peuvent pas participer à l’émission  ».

« Le désordre est une décision intentionnelle et politique pour beaucoup d’artistes drag et RuPaul’s Drag Race UK doit s’assurer de ne pas mépriser cela ». Citant Adore Delano, Glamrou rappelle également que la plupart des candidates de la version américaine de RuPaul’s Drag Race qui sont arrivées moins équipées que leurs camarades, faute de moyens ou cultivant simplement une autre approche, ont eu tendance à être sous-estimées voire ridiculisées. «  Ce n’est pas juste de la télévision, ce sont nos vies », conclut-elle dans son plaidoyer pour une version moins policée de l’émission au Royaume-Uni.

« Soyez l’inclusivité que vous voulez voir dans le monde  »

« Inquièt.e.s de voir Drag Race UK faire la promotion de l’exclusivité et de comportements dégueulasses dans notre petite communauté ? Prenez la parole, soyez l’inclusivité que vous voulez voir dans le monde et soutenez celles et ceux qui en ont le plus besoin. Ce sont vos kings et vos queens locales racisées, trans et assignées femmes à la naissance ! » La flamboyante drag gouine d’inspiration gothique Amber Cadaverous — qui avait publié une tribune sur Komitid après la dernière déclaration transmisogyne de RuPaul  — s’est, de son côté, contentée de ressortir un post qu’elle avait écrit en mars dernier sur Facebook. «  Achetez notre merch, donnez-nous des pourboires, soutenez-nous lors des spectacles près de chez vous et pas que là où on fait l’ouverture pour les meufs de RuPaul ! », disait-elle alors aux personnes qui se demandaient comment agir contre l’effet pervers de RPDR sur les artistes drag inconnu.e.s du grand public, en particulier les plus marginalisé.e.s.

« La version britannique du show sera-t-elle aussi un club exclusivement masculin comme sa grande soeur américaine ou bien sera-t-elle une représentation plus inclusive du drag sur les spectres du genre et des identités LGBTQ ? » Dans les colonnes de Vice, qui a publié un aperçu des différentes réactions de drag queens britanniques à l’annonce de RPDR UK, la drag queen britannico-nigériane Son of a Tutu a également exprimé ses inquiétudes. « Nous avons des femmes drag queens, des queens trans et des drag kings, qui ne sont pas représenté.e.s. Les prendre en compte contribuerait grandement à actualiser l’émission et à la rendre représentative des formidables traditions de la scène drag britannique ».

Centre de préférences de confidentialité