RuPaul fait encore une déclaration transmisogyne, les réseaux sociaux s'enflamment

Publié le

La célébrissime drag queen, à la tête de l'émission « RuPaul's Drag Race », n'en est pas à sa première controverse sur le sujet, mais ne semble pas en tirer de leçons.

RuPaul
RuPaul - Kathy Hutchins / Stutterstock

« Le Drag est un doigt tendu bien haut à la culture dominée par les hommes ». L’interview de RuPaul dans les colonnes du Guardian commençait pourtant très bien. Mais une fois de plus, la plus célèbre des drag queens a fait étalage de sa misogynie et de sa transphobie.

À la question de la journaliste Decca Aitkenhead, qui cherchait à savoir si RuPaul accepterait dans son émission une femme trans « qui aurait fait sa transition », il a répondu « probablement pas ». Le tout, dans le contexte d’une discussion autour de Peppermint, candidate ouvertement trans de la saison 9 de RuPaul’s Drag Race, et de l’idée que la transition est avant tout une affaire de corps qui change.

Mama Ru deviendrait-elle conservatrice ?

Un peu plus haut dans l’interview, RuPaul déclarait que « Le drag perd son sens du danger et son ironie lorsque ce ne sont plus des hommes qui le font », et d’ajouter « Quand des hommes le font, c’est vraiment punk, car c’est un vrai rejet de la masculinité ».

Une manière d’écarter les « bio queens », terme transphobe désignant les femmes cisgenres se créant un personnage de drag queen, et les femmes trans, pourtant déjà nombreuses dans le milieu du drag. Et cette nouvelle déclaration ne passe pas. Doit-on lui rappeler qu’avant Peppermint, il y a aussi eu Monica Beverly Hills ? Que de nombreuses queens ont fait un coming out trans après RPDR, comme Jiggly Caliente, Gia Gunn ou encore Jinkx Monsoon, qui a remporté la 5ème saison, et qui se définit comme non-binaire ?

Les concernées n’ont pas répondu de manière directe et frontale à ces propos très violents de la part de RuPaul. Mais quelques unes ont twitté des messages suffisamment clairs pour exprimer le fond de leur pensée.

Cette « sortie de piste » n’est pas un incident isolé

Depuis plusieurs années, des femmes trans et cis alertent sur les propos misogynes et transphobes régulièrement tenus par RuPaul. Si les fans de RuPaul’s Drag Race les plus éveillé.e.s à ces questions ont du apprendre à faire la part des choses entre sa vedette et sa création (voire boycotter l’émission), on peut tout de même se demander pourquoi Ru persiste avec ce genre de propos. Et d’opinions.

Est-ce par fierté ? Pour montrer qu’il ne se laisse pas intimider par les scandales ? Ou bien est-ce parce que toute publicité, même mauvaise, est bonne à prendre ? Plus de questions que de réponses. Heureusement, la bienveillance veille sur les réseaux sociaux. Passé le coup de gueule, drag queens et drag kings de tous bords rappellent l’essentiel : homme, femme, non-binaire, trans ou cisgenre, tou.te.s sont légitimes à s’emparer du drag.

La sortie de Blend, hymne contre la transphobie, le sexisme et le racisme, de Peppermint et Cazwell (rappeur queer américain), ne pouvait pas tomber mieux.

Quant à Jiggly Caliente, elle prévient qu’une « révolution parmi les rebelles » est en marche.

Serait-ce là un avertissement en direction de RuPaul, afin qu’il cesse de s’exprimer sur ces sujets, à défaut de changer d’avis ? Nous le saurons sans doute bientôt. Une chose est sûre, on ne laissera plus rien passer.