Manifestation des « gilets jaunes » : une agression homophobe dans l'Ain

Publié le

Samedi 17 novembre, en plein pendant le mouvement de contestation des « gilets jaunes », un élu de Bourg-en-Bresse et son compagnon ont été violemment pris pour cible alors qu'ils étaient dans leur voiture.

La voiture de Raphael Duret, agressé samedi 17 novembre par des manifestants du mouvement « gilets jaunes » - Facebook.com/durey.raphael
La voiture de Raphael Duret, agressé samedi 17 novembre par des manifestants du mouvement « gilets jaunes » - Facebook.com/durey.raphael

« J’ai entendu certains manifestants dire, « je le reconnais, c’est un pédé ». À partir de là, ils nous ont menacés ». Difficile pour Raphaël Duret, conseiller municipal de Bourg-en-Bresse (Ain), et son compagnon de ne voir autre chose que de l’homophobie dans l’acharnement dont ils ont été victimes samedi 17 novembre en fin de matinée.

Le couple souhaitait aller faire des courses à l’hypermarché du coin, mais l’accès était barré par des manifestant.es du mouvement des « gilets jaunes », rapporte La Voix de l’Ain. « On s’est engagé sans vraiment se rendre compte et là, tout d’un coup, ça été une tornade sur la voiture », a raconté Raphaël Duret au site de l’hebdomadaire local.

Le couple n’a pas su réellement comment réagir face au déchaînement de violence : « Ils ont essayé de nous arracher de nos places, un cauchemar, on a rien compris ! », poursuit l’élu qui décrit des coups de poing, des coups de pied, « une véritable émeute ».

Insultes, violences, véhicule saccagé (feux arrière, rétroviseurs, et pare-brise arrière détruits), les manifestant.es se sont acharné.es, nécessitant l’intervention de deux policier.es présent.es sur les lieux pour protéger les deux hommes. «  Ils ont dû m’accompagner pour me faire sortir du secteur en sécurité car j’ai reçu des menaces de mort », a témoigné le compagnon de Raphaël Duret. L’élu a assuré qu’aucun.e manifestant.e n’a tenté de s’interposer.

« Homophobie ordinaire inadmissible »

Le maire (PS) de Bourg-en-Bresse, Jean-François Debat, a condamné cette agression sur Twitter : « Je condamne avec dégoût l’agression homophobe perpétrée par des gilets jaunes contre Raphaël Duret et son conjoint. Je l’assure de tout mon soutien pour que justice soit faite ». Selon La Voix de l’Ain, le couple devrait porter plainte.

Joël Deumier, le président de SOS homophobie, a également réagi au lendemain des faits, dénonçant une « homophobie ordinaire inadmissible » et assurant son « soutien aux victimes ».


Si cet agression physique et verbale apparaît pour l’heure comme un cas isolé, les vidéos qui circulent sur les réseaux sociaux témoignent de l’emploi d’insultes à caractère homophobe et sexiste type « enculé », « pédé » ou encore « fils de pute », encore largement banalisées dans la société.

  • expat

    De pire en pire ce pays, j’ai bien fait de foutre le camp il y a 12 ans.

  • phil86

    Les gilets jaunes c’est comme les bérets rouges des droitistes ultra et donc par définition homophobes.