« Pédé », « tapette »... Un.e fan de foot sur trois tient des insultes homophobes devant un match

Publié le

Selon l'enquête Ipsos pour Foot Ensemble dévoilée à l'occasion de la Journée internationale contre l'homophobie et la transphobie, la même proportion considère que ces propos sont « sans rapport avec l'homosexualité ».

Un stade rempli de supporters et supportrices, image d'illustration - Csaba Peterdi / Shutterstock
Un stade rempli de supporters et supportrices, image d'illustration - Csaba Peterdi / Shutterstock

« Pédé », « tapette », « tarlouze »… Ces insultes sont homophobes. Sauf pour une proportion non négligeable d’amateurs et d’amatrices de football. C’est en tout cas ce que révèle l’enquête « Les Français et l’homosexualité dans le football  » menée par l’institut de sondage Ipsos pour l’association Foot Ensemble : un.e Français.e amateur.trice de football sur trois reconnaît tenir des propos homophobes devant un match.

« Quand on regarde/assiste à un match de football, certaines expressions sont souvent employées comme « pédé », « tarlouze » ou « tapette ». Vous personnellement, vous arrive-t-il de dire l’une ou plusieurs de ces expressions ? » : telle a été la question posée aux personnes sondées qui sont 34 % à avoir répondu « oui », « systématiquement », « souvent » ou « rarement ». La proportion passe à 25 % si l’on considère l’ensemble de la population française ; 58 % lorsque l’on s’intéresse aux personnes qui jouent au foot et regardent les matchs.

Dévoilée jeudi 17 mai à l’occasion de la Journée mondiale contre l’homophobie et la transphobie, cette enquête montre surtout que les personnes qui reconnaissent employer ces insultes estiment qu’elles sont « sans rapport avec l’homosexualité ». Pire encore : on s’aperçoit que plus les personnes sont investies dans ce sport et moins elles estiment que ces insultes sont à caractère homophobe.

amy poehler snl GIF

Et « enculé » ?

Interrogée par franceinfo sur l’absence de l’insulte « enculé » dans l’enquête, la directrice adjointe du département Tendances et prospective à l’Ipsos, Doan Pham, a expliqué : « Nous avons fait le choix de ne retenir que trois mots, parmi ceux qui peuvent choquer les personnes homosexuelles ». L’occasion de vous rappeler que la rédaction de Komitid s’est déjà employée à déconstruire l’utilisation de l’insulte homophobe « enculé » qui, oui, choque de nombreuses personnes homosexuelles. Regardez les explications de notre journaliste Fabien Jannic-Cherbonnel à ce sujet :

Centre de préférences de confidentialité

Fermer votre compte ?

Votre compte sera fermé et toutes les données seront définitivement supprimées et ne pourront pas être récupérées. Confirmez-vous ?