S’il y a autant de fanfictions (récits écrits par des fans sur les personnages de romans, séries, films, jeux-vidéo pour prolonger l’expérience d’un univers fictif affectionné) queer, ce n’est pas un hasard. D’ailleurs la fanfic référence en matière de slash (fanfictions homosexuelles masculines) date de 1974, et invente une histoire entre le capitaine Kirk, et Spock, dans Star Trek. Selon Cassandra M. Collier, doctorante en études de genre à l’université de Louisville et auteure d’une thèse expliquant les liens entre queerbaiting et fanfiction, il s’agirait là du premier récit de fan gay connu de l’histoire. Parmi les écrivain.e.s en herbe de fanfictions ancrées dans l’univers Harry Potter, il n’est pas rare de voir son personnage principal shippé avec Draco Malefoy. Ou encore d’y voir Hermione bien mieux accompagnée que par Ron, tantôt avec Ginny Weasley, tantôt avec Luna Lovegood, ou encore Pansy Parkinson. La baguette magique de ces potterheads semble plus efficace pour gommer l’hétéronormativité du monde sorcier que la plume de J. K. Rowling !

#MakeDumbledoreGayAgain

En la matière, Emma Nordin, qui étudie l’histoire des arts et du cinéma à l’Université de Stockholm, est une référence. La chercheuse est l’auteure de la thèse From Queer Reading to Queerbaiting, écrite en 2015, sur laquelle la (pas bien épaisse) page française de définition du mot queerbaiting a principalement été fondée sur Wikipedia.
« J.K. Rowling a fait le choix de ne mettre aucun contenu homosexuel dans ses livres »
« J. K. Rowling a peut-être été tout à fait honnête lorsqu’elle a dit que Dumbledore était gay. Mais elle a fait le choix de ne mettre aucun contenu homosexuel dans ses livres, alors qu’ils ne contenaient que des histoires romantico-sexuelles hétéros. Pour moi, c’est clairement du queerbaiting. En 2007, elle aurait dû savoir que cette déclaration se répandrait partout sur les réseaux sociaux, et que cela générerait une controverse, des débats, qui seraient une forme de pub pour ses livres et les films », affirme-t-elle à Komitid. Si cet ajout tardif d’information quant à l’identité d’Albus Dumbledore en était resté là, le fandom aurait continué à rouler des yeux en y repensant. Mais si les Potterheads sont particulièrement en pétard aujourd’hui, c’est parce que les cinq films de la saga Les Animaux Fantastiques, au scénario écrit par Rowling en personne, étaient l’occasion de réparer cette blessure. Et qu’elle s’annonce d’ores et déjà manquée. Les récentes déclarations officielles sur Les Animaux Fantastiques 2 : Les Crimes de Grindelwald, second volet de l’histoire, laissent présager une nouvelle déconfiture pour le public LGBT+. « Il nous faudra attendre et constater par nous-mêmes, car si c’est comme pour Le Fou dans La Belle et la Bête en 2017, je sais que ce sera une vraie déception », soupire Emma. « J. K. Rowling a répondu à la critique en disant que cette franchise n’en est qu’à ses débuts, et que les gens critiquent avant même d’avoir lu le script ou vu le film. C’est une suggestion typique, qui pourrait être une promesse de contenu LGBT+ plus tard, et si elle n’est pas tenue, ce sera effectivement du queerbaiting. » À nouveau.
Le queerbaiting, c’est exactement ça : tenir une audience LGBT+ en haleine en semant de petits cailloux roses sans aucune assurance véritable que ces derniers mèneront à l 'arc-en-ciel un jour
Et malgré tout, on ne peut s’empêcher d’espérer que J. K. Rowling corrige le tir dans les films qui suivront, puisqu’elle nous le dit. Le queerbaiting, c’est exactement ça : tenir une audience LGBT+ en haleine en semant de petits cailloux roses sans aucune assurance véritable que ces derniers mèneront à l 'arc-en-ciel un jour. D'autant que l'auteure est parfois d'humeur changeante sur certaines questions. Elle a notamment été critiquée pour avoir gardé Johnny Depp au casting des Animaux Fantastiques, après les révélations sur sa violence envers Amber Heard, et récemment prise en flagrant délit de transphobie sur Twitter, alors qu'elle se dit féministe et alliée des luttes LGBT+.

Un futur déceptif que même une prophétie de Sibylle Trelawney n’aurait su annoncer

Attention, le paragraphe qui suit contient des spoilers pour celles et ceux d’entre vous qui n’auraient pas encore lu le script de Harry Potter et l'Enfant Maudit (ou vu la pièce sur scène, à Londres), sorti en 2016. Si c’est votre cas, scrollez jusqu’à l’intertitre suivant. Si non, préparez-vous à bouillonner tel un chaudron ! Pour Emma Nordin, qui nous dit ne pas encore avoir lu l’Enfant Maudit, « J. K. Rowling a le cœur au bon endroit, mais beaucoup de choses dans la représentation queer et la communauté LGBT+ lui échappent. Sinon, elle aurait sans doute géré les choses différemment ». On aimerait vraiment y croire, seulement le fils d’Harry Potter subit le même traitement que l’ex-directeur de Poudlard après lequel il a été nommé.
« J. K. Rowling a le cœur au bon endroit, mais beaucoup de choses dans la représentation queer et la communauté LGBT+ lui échappent. »
Dans l’histoire, Albus Severus et son meilleur ami Scorpius Malefoy sont proches. Très proches. Plusieurs fois au cours de l’histoire, cette adorable paire de geeks parle de sa proximité, se fait des câlins, a le cœur brisé d’être séparée… Et il est même question de jalousie lorsque Scorpius voit Albus parler à une fille, Delphi. Pourtant, l’auteure insiste pour qu’Albus Severus demande à Rose Granger-Weasley de sortir avec lui. Après tous les reproches que J. K. Rowling a reçus concernant le traitement de Dumbledore, l’écrivaine ne pouvait pas ne pas savoir ce qu’elle faisait là. C’est du queerbaiting pur jus, et pas de citrouille.  

Accio métaphores ouvertes !

Et les appels du pied ne s'arrêtent pas là. Dans le premier film Les Animaux Fantastiques, nous découvrons l’obscurus, phénomène magique dévastateur né du refoulement par un sorcier ou une sorcière de ses pouvoirs. Une image pour les effets destructeurs d’une identité queer réprimée ? Pour Emma Nordin il « est difficile de dire si l’obscurus est une vraie allégorie à une identité LGBT+ refoulée. Je ne considérerais pas ça comme du queerbaiting. Parfois, c’est bon aussi d’avoir des métaphores qui puissent s’appliquer à de nombreuses choses. Une de mes meilleures amies voit dans l’obscurus une manière d’aborder la maladie mentale, et cette interprétation est tout aussi valide ». Il est vrai que J. K. Rowling a su tisser des parallèles très parlants, en particulier la toile de fond de son heptalogie. Plus particulièrement la métaphore de l’épuration ethnique et du régime nazi, avec le cas des moldus et autres « sangs-de-bourbe », qui n’étaient pas dignes, selon Voldy et sa clique de réacs cagoulés, des « sang-purs ». Connaissant toute la magie de l’esprit et de la plume de J. K. Rowling, les deux cas flagrants de queerbaiting dans ses écrits sont d’autant plus frustrants. Surtout avec le positionnement d’alliée de la cause LGBT+ que revendique l’auteure avec véhémence. Le problème c'est qu'en laissant entendre, au final, on ne dit rien. Lorsque le casting de la pièce Harry Potter et l’Enfant Maudit avait révélé une Hermione noire, J. K. Rowling avait défendu ce choix bec et ongles face à une critique raciste, arguant qu’elle n’avait jamais précisé de quelle couleur était la sorcière la plus brillante de son âge. Et c’est bien le problème : si on ne précise pas qu’un personnage n’est pas blanc, il le deviendra par défaut, car c’est vu comme la norme. Et il en va de même pour l’hétérosexualité.

Quel patronus invoquer pour nous préserver de la malédiction du queerbaiting ?

Entre la popularité grimpante des fanfictions, et la possibilité pour les communautés de fans de communiquer avec les créateurs de leurs œuvres favorites sur les réseaux sociaux, il y a de l’espoir à l’horizon pour les récits LGBT+.
« Ces tentatives d’influencer producteurs et productrices pour changer le paysage culturel sont une forme de militantisme »
« Je trouve ça génial que des gens prennent le temps de dénoncer le queerbaiting et de le critiquer de manière constructive. Ces tentatives d’influencer producteurs et productrices pour changer le paysage culturel sont une forme de militantisme », poursuit Emma Nordin, enthousiaste. « J’espère sincèrement que les producteurs et productrices de médias culturels mainstream vont finir par comprendre que ce n’est pas assez, de faire simplement des petits clins d’œil ponctuels. J’ai arrêté de regarder plusieurs séries car je trouvais qu’il y avait trop de queerbaiting, et je sais que je ne suis pas la seule », conclut-t-elle avec assurance. Attention cependant à ne pas baisser sa garde, même lorsque l’on finit par obtenir les personnages et les arcs narratifs LGBT+ tant espérés. Seront-ils et elles bien représenté.e.s, ou bien simplement parachuté.e.s là juste pour remplir une demande, dans une démarche mercantile ? C’est la question que l’on se posait déjà dans les années 70 au sujet de la vague de blaxploitation « Il a été dit à l’époque que c’était une manière pour les productions de réaliser des films à petit budget et de les rentabiliser sur le dos de l’audience afro-américaine ciblée. En face, le cinéma blaxploitation était surtout vu comme une vraie belle opportunité pour les personnes noires d’être représentées, comme elles ne l’étaient nulle part ailleurs à l’époque », rappelle Emma Nordin. Mais la chercheuse reste optimiste : « La question centrale du queerbaiting, c’est la promesse non tenue d’un contenu LGBT+, donc créer du contenu queer pour un public queer, c’est une autre démarche. Ce qui ne veut pas dire que toute représentation gay, lesbienne, bie ou trans soit bonne. Ni même bienvenue. Il y a une école qui dit que le fait d’avoir beaucoup de personnages queer dans les médias fait qu’on ne parle plus de représentation en soi, mais de façon de représenter. D’une certaine manière, je pense que plus il y aura de matière LGBT+ dans la production culturelle, plus il sera difficile de mal représenter les personnages queers, et leurs vies. Et là, le queerbaiting ne sera plus qu’un exemple parmi d’autres de représentations médiocres. ».
« Créer du contenu queer pour un public queer, c’est une autre démarche. »
D'ici cet idyllique futur, on espère quand même que J. K. Rowling trouvera le courage de briser le cercle vicieux du queerbaiting (et faire son, voire ses, mea culpa ?) dans ses prochains écrits. Tout comme elle a libéré Dobby de sa taie d'oreiller souillée, elle saura délivrer ses personnages d'un Azkaban d'hétérosexualité hégémonique, si elle se décide à prononcer la formule magique... Les épouvantards, quant à eux, sont autorisés à rester dans le placard.  " ["post_title"]=> string(42) "Harry Potter à l’école du queerbaiting" ["post_excerpt"]=> string(296) "David Yates, réalisateur de la franchise « Les Animaux Fantastiques », a annoncé que l’homosexualité de Dumbledore ne serait pas « explicitement » abordée dans le second volet de la saga. L’occasion, hélas, idéale pour revenir sur le concept de queerbaiting dans la pop culture. " ["post_status"]=> string(7) "publish" ["comment_status"]=> string(6) "closed" ["ping_status"]=> string(4) "open" ["post_password"]=> string(0) "" ["post_name"]=> string(25) "harry-potter-queerbaiting" ["to_ping"]=> string(0) "" ["pinged"]=> string(0) "" ["post_modified"]=> string(19) "2019-03-18 18:20:56" ["post_modified_gmt"]=> string(19) "2019-03-18 17:20:56" ["post_content_filtered"]=> string(0) "" ["post_parent"]=> int(0) ["guid"]=> string(29) "http://www.komitid.fr/?p=1843" ["menu_order"]=> int(0) ["post_type"]=> string(4) "post" ["post_mime_type"]=> string(0) "" ["comment_count"]=> string(1) "0" ["filter"]=> string(3) "raw" } [1]=> object(WP_Post)#15264 (24) { ["ID"]=> int(11318) ["post_author"]=> string(1) "4" ["post_date"]=> string(19) "2018-07-08 15:27:02" ["post_date_gmt"]=> string(19) "2018-07-08 13:27:02" ["post_content"]=> string(3751) "Wingardum leviosa ! Il s'en est passé des choses lors de la Marche des fiertés de Londres, ce samedi 7 juillet 2018. Entre le blocage de lesbiennes militantes transphobes, les annonces du maire de la capitale britannique Sadiq Khan et la vidéo coup de poing publiée par Pride in London, nous ne savions plus ou donner de la tête. Mais après de longues heures de recherche sur les réseaux sociaux, nous avons finalement trouvé ce qui doit être le meilleur moment de cette Pride 2018. Voici donc : une Hermione dansante et voguante, qui en sept secondes nous a arraché nos perruques. Mais regardez plutôt : Pour les incrédules, oui, vous venez bien de voir Hermione (la vraie héroïne des livres Harry Potter, soit dit en passant) faire un split au milieu des rues londoniennes. Et vous n'êtes pas les seul.e.s, la vidéo à déjà été visionnée plus de deux millions de fois.

Fierté

Magie de l'internet, ce n'est pas la première fois que Dancing Hermione, fait sensation. Kelsey Ellison, une jeune anglaise de 26 ans qui se définit comme une performeuse et Potterhead, s'était déjà faite remarquée lors de la MCM Comic Con, conférence centrée sur les comics en mai dernier. Fan de cosplay, sa danse était même devenue un mème. Kelsey Ellison, qui se définit comme bisexuelle, a rédigéé une série de tweets pour dire sa fierté de vivre dans « un pays qui célèbre ce que nous sommes ». Très classe, elle en a profiter pour remercier « la scène ballroom gay et noire, qui m'a apprise à voguer comme si personne ne regardait ». " ["post_title"]=> string(91) "Cette Hermione Granger qui danse est certainement le meilleur moment de la Pride de Londres" ["post_excerpt"]=> string(115) "Hermione Granger. Du voguing. Un split. Une baguette magique. Il vous faut vraiment plus d'arguments pour cliquer ?" ["post_status"]=> string(7) "publish" ["comment_status"]=> string(4) "open" ["ping_status"]=> string(6) "closed" ["post_password"]=> string(0) "" ["post_name"]=> string(91) "cette-hermione-granger-qui-danse-est-certainement-le-meilleur-moment-de-la-pride-de-londres" ["to_ping"]=> string(0) "" ["pinged"]=> string(0) "" ["post_modified"]=> string(19) "2018-07-09 13:39:56" ["post_modified_gmt"]=> string(19) "2018-07-09 11:39:56" ["post_content_filtered"]=> string(0) "" ["post_parent"]=> int(0) ["guid"]=> string(31) "https://www.komitid.fr/?p=11318" ["menu_order"]=> int(0) ["post_type"]=> string(4) "post" ["post_mime_type"]=> string(0) "" ["comment_count"]=> string(1) "0" ["filter"]=> string(3) "raw" } [2]=> object(WP_Post)#15266 (24) { ["ID"]=> int(7713) ["post_author"]=> string(1) "2" ["post_date"]=> string(19) "2018-05-27 13:50:04" ["post_date_gmt"]=> string(19) "2018-05-27 11:50:04" ["post_content"]=> string(2442) "Playing the part, le documentaire qui lui est consacré sort aujourd'hui sur les écrans britanniques. Sir Ian McKellen, acteur de théâtre et de cinéma, connu pour avoir endossé autant de rôles shakespeariens que de héros de blockbusters, est au cœur d'un film qui retrace le parcours de l'homme, du comédien, mais aussi du militant. https://www.youtube.com/watch?v=DLYnSuLCbcw Dans une interview accordée à Time Out cette semaine, Ian McKellen était invité à réagir sur la façon dont est dépeint Dumbledore (personnage qui lui colle à la peau, bien qu'il ne l'ait jamais joué à l'écran !) dans le deuxième volet des Animaux Fantastiques. En effet, même si la créatrice du personnage J. K. Rowling affirme depuis longtemps que Dumbledore est gay, le film qui montre le magicien dans sa prime jeunesse (sous les traits de Jude Law), ne l'évoquera pas explicitement. Un choix scénaristique qui n'a manqué d'agacer prodigieusement les fans de la saga Harry Potter, qui ne sont plus dupes de ces tentatives peu subtiles de queerbaiting. Et Ian McKellen est lui aussi très sceptique : « C'est très regrettable. Mais personne n'attend Hollywood pour commenter la société, n'est-ce pas ? Ça ne fait que très récemment qu'ils ont découvert qu'il y avait des noirs dans le monde. Hollywood a maltraité les femmes de toutes les façons possibles à travers son histoire. Les hommes gays n'existent pas. Ni dieux ni démons (film de 1998 qui aborde la vie de James Whale, réalisateur gay à qui l'on doit l'adaptation de Frankenstein avec Boris Karloff, ndlr) a été le moment où Hollywood a commencé à admettre qu'il y avait des homos tout autour, même si la moitié d'Hollywood était gay. » " ["post_title"]=> string(108) "Ian McKellen critique le straightwashing de Dumbledore dans le prochain volet des « Animaux Fantastiques »" ["post_excerpt"]=> string(127) "Marteler que Dumbledore est gay… mais ne jamais le montrer à l'écran ! Voilà qui agace l'acteur britannique Ian McKellen. " ["post_status"]=> string(7) "publish" ["comment_status"]=> string(4) "open" ["ping_status"]=> string(6) "closed" ["post_password"]=> string(0) "" ["post_name"]=> string(60) "ian-mckellen-straightwashing-dumbledore-animaux-fantastiques" ["to_ping"]=> string(0) "" ["pinged"]=> string(0) "" ["post_modified"]=> string(19) "2018-05-27 13:50:04" ["post_modified_gmt"]=> string(19) "2018-05-27 11:50:04" ["post_content_filtered"]=> string(0) "" ["post_parent"]=> int(0) ["guid"]=> string(30) "https://www.komitid.fr/?p=7713" ["menu_order"]=> int(0) ["post_type"]=> string(4) "post" ["post_mime_type"]=> string(0) "" ["comment_count"]=> string(1) "0" ["filter"]=> string(3) "raw" } [3]=> object(WP_Post)#15267 (24) { ["ID"]=> int(1889) ["post_author"]=> string(1) "6" ["post_date"]=> string(19) "2018-05-11 11:00:48" ["post_date_gmt"]=> string(19) "2018-05-11 09:00:48" ["post_content"]=> string(7432) "Amber Cadaverous est une drag queen pas comme les autres. Pourquoi ? Elle a l’outrecuidance de ne pas être un homme. Le 8 mars dernier, Journée internationale des droits des femmes, elle a fêté ses 21 printemps, en pleine polémique à la suite d'une nouvelle sortie misogyne et transphobe de RuPaul. Cette artiste-activiste originaire de Birmingham réagit en nous racontant son expérience du drag, en tant que femme cisgenre et lesbienne. J’ai inventé mon personnage d’Amber Cadaverous à l’âge de 17 ans. Extrême dans mes looks et mon maquillage, j’ai toujours été arty. D’ailleurs, je suis actuellement en dernière année aux Beaux-arts. Devenir drag queen, à la fois œuvre et artiste, était une évidence. Mon drag est une extension, une exagération de ma personnalité. Diva gothique et enfant gâtée, je puise mon inspiration dans des personnages forts de films d’horreur. Il y a une étrange puissance dans l’hyper-féminisation qui jalonne le genre de l’épouvante. Et c’est ce style que j’ai choisi d’explorer, avec glamour et colère. C’est une vraie manifestation que d’être une meuf en drag, très chargée politiquement. En tant que gouine, c’est une manière de surinvestir mon identité fem’ avec force, face à l'hétéronormativité patriarcale et au regard des hommes. À travers l’usage de cosmétiques, de perruques, de corsets, je me transforme. Pourtant ce sont les mêmes outils que l'on vend aux femmes pour corriger leur apparence depuis leur enfance. On attend d'elles qu’elles maintiennent un certain niveau de féminité et qu'elles performent leur présence dans le monde selon des codes bien précis pour avoir de la valeur. Je détourne ces éléments pour en faire tout autre chose et ça me permet de me réapproprier le male gaze, omniprésent. Car tout ce que je fais, je le fais selon mes propres règles, je choisis comment je veux être vue. On me demande souvent pourquoi je n’ai pas plutôt choisi d’être un drag king. Question très étrange, avec la plus simple des réponses ! J’adore les kings, et je pense que leur travail, vital, est d’une puissance très importante, bien que leur art n’ait pas l’accueil et la popularité qu’il mérite. Mais j’ai toujours été attirée par l’hyper-féminité des drag queens, à l'inverse de la masculinité exacerbée qu’il faudrait que j’investisse si je voulais être drag king.

Être une drag queen, c’est comme être un mégaphone, les gens vous écoutent mieux

Par le biais d'Amber Cadaverous, je célèbre mon corps plus gros que la moyenne, plus size, et ma sexualité lesbienne, avec fierté, alors que ces deux choses sont tout sauf mises en valeur dans notre société. Entre féminisme intersectionnel et théorie queer, j’use de ma plateforme artistique pour empouvoirer les femmes. Je me bats contre l’invisibilisation des femmes dans les luttes LGBTQI et j'essaie au mieux d’éduquer mon public, de le sensibiliser, grâce à mon vécu de gouine fem’. De Marsha P. Johnson, femme trans racisée, figure de proue des émeutes de Stonewall en 1969, à Pussy Riot qui a défié le patriarcat et le conservatisme de l’église orthodoxe russe en 2012… Les femmes ont toujours su se mettre en scène pour affronter les discriminations. Elles ont toutes leur place dans l’univers du drag. Pourtant, elles doivent se battre dix fois plus pour être vue comme légitimes et décrocher des opportunités. J’ai la sensation que cela contribue à nous pousser à être encore plus imaginatives dans nos approches, notre esthétique, nos performances. Mais les personnes assignées femmes à la naissance, racisées, trans et non-binaires sont moins considérées au sein même du milieu LGBT+. Nous sommes vu.e.s et traité.e.s comme moindres, peu importe notre créativité. Et tout ça pour ce qui pourrait peut-être se trouver entre nos jambes ?
L’homophobie intériorisée, la misogynie et le racisme sont de vrais problèmes dans les espaces queer, aussi bien que dans le reste de la société.
Les termes bio queen, particulièrement transphobe, faux queen ou encore hyper queen n’ont aucune vraie raison d'être, sinon mettre à part, diviser. Ces étiquettes collées aux femmes qui font du drag sont réductrices, insultantes et rétrogrades. Elles maintiennent les stéréotypes de genre et les structures sexistes en place dans nos cercles et c’est préjudiciable. En ce qui concerne RuPaul, il est blessant qu’une figure LGBT+ si importante use de son aura pour promouvoir misogynie et transphobie. « Le drag perd son sens du danger et de l’ironie quand ce ne sont pas des hommes qui le font, car à la base, c’est un doigt tendu bien haut à une culture dominée par les hommes », quelle triste ironie. Car le monde du drag qu’il décrit ainsi est justement dominé par les hommes. Pourquoi ce plafond de verre alors qu’il nous répète à longueur d’émission que « nous sommes tou.te.s né.e.s nu.e.s et que le reste, c’est du drag » ? Bien qu’il se soit vaguement excusé, ce n’est pas la première fois qu’il dit des choses plus que discutables. Le hashtag #MyDragIsValid (mon drag est valide, ndlr) créé en réponse sur Twitter a vraiment réchauffé mon petit cœur sombre lors de cet énième tempête transmisogyne.

J’encourage toutes les femmes qui veulent devenir drag queen, en dépit de la misogynie ambiante, dans leur démarche !

Un mec essayant de me dire quoi faire ne m’a JAMAIS stoppée avant, et ce n’est pas près de commencer. Oui, c’est vrai que RuPaul est un monument dans la communauté LGBT+ et il a une tribune colossale pour se faire entendre, mais cela ne veut pas dire que toutes ses opinions sont paroles d’évangile. Peu importe ce qu’il dit des femmes, j’aime toujours autant ce que je fais et je continuerai. Comment nous soutenir ? Achetez notre merch’, donnez-nous des pourboires, venez assister aux shows de drag locaux, et pas que ceux où se trouvent les futures pouliches de RuPaul ! Parlez de nous aux propriétaires et gérant.e.s de clubs près de chez vous. Likez nos posts, commentez-les, partagez-les, rendez-les viraux. Beaucoup de meufs me demandent si elles peuvent devenir drag queen, et je réponds toujours qu’elles n’ont besoin de la permission de PERSONNE, excepté la leur, pour s’exprimer comme elles l’entendent. RuPaul y compris. Le drag est pour tout le monde, peu importe comment on s’identifie, et ce qu’on a dans la culotte. Si vous voulez vous y mettre, à n'importe quel niveau que ce soit, s’il vous plaît, faites-le. Pour citer Sasha Velour « le drag est l’art de l’imagination queer ».

Propos recueillis et traduits de l'anglais par Olga Volfson

 " ["post_title"]=> string(68) "« C’est une vraie manifestation que d’être une meuf en drag »" ["post_excerpt"]=> string(100) "Amber Cadaverous, gouine cis et drag queen anglaise, nous parle de son rapport à l'univers du drag." ["post_status"]=> string(7) "publish" ["comment_status"]=> string(6) "closed" ["ping_status"]=> string(4) "open" ["post_password"]=> string(0) "" ["post_name"]=> string(30) "manifestation-femme-drag-queen" ["to_ping"]=> string(0) "" ["pinged"]=> string(0) "" ["post_modified"]=> string(19) "2018-05-25 16:28:41" ["post_modified_gmt"]=> string(19) "2018-05-25 14:28:41" ["post_content_filtered"]=> string(0) "" ["post_parent"]=> int(0) ["guid"]=> string(29) "http://www.komitid.fr/?p=1889" ["menu_order"]=> int(0) ["post_type"]=> string(4) "post" ["post_mime_type"]=> string(0) "" ["comment_count"]=> string(1) "0" ["filter"]=> string(3) "raw" } } } -->

Ariana Grande enfin a enfin vu le lipsync de Voldemort sur « Dangerous Woman » : elle est sous le charme

Publié le

Fatale comme un Avada Kedavra et douce comme les plumes d'un hippogriffe, cette performance de de drag est au moins aussi légendaire que la Bataille de Poudlard.

drag queen lipsync voldemort harry potter dangerous woman ariana grande slay
Ce lipsync de Voldemort sur Dangerous Woman d'Ariana Grande va vous stupéfixer - Florida Man / YouTube

Annulez la saison 11 de RuPaul’s Drag Race et toutes les suivantes, on a une gagnante à vie, et ce sans même passer par la case horcruxes. Que vous soyez fan, ou non, de l’univers Harry Potter, cette performance de la drag queen américaine Florida Elizabeth Man en Voldemort sur Dangerous Woman d’Ariana Grande, absolument magique, va changer votre vie ! Oui, rien que ça. La vidéo, comme vous allez le voir, n’est pas devenue virale pour rien…

Non contente de délivrer une prestation genderfuck inattendue et un lipsync impeccable, la drag queen Florida Man a aussi un sacré sens de la mise en scène. Sur l’écran derrière cette flamboyante Lady Voldemort apparaissent en effet d’impressionnantes étincelles lorsque le seigneur des ténèbres, qui se trémousse sur le tube d’Ariana Grande, joue de sa baguette magique. Et ce n’est pas tout : à la fin de la chanson, un duel de sorciers a même lieu sur scène, avec un joli bellâtre manifestement venu de la maison Gryffondor, Hairy Otter, en guise d’adversaire pour vous-savez-qui… Et la conclusion n’est sans doute pas celle que vous anticipez.

Avec presque un mois de retard, Ariana Grande a fini par tomber sur cette vidéo, interpellée par ses fans sur les réseaux sociaux. Sa réaction ? « Je ne savais pas que j’avais besoin de ça… Mais maintenant que c’est là, je sais juste que ma vie a deux chapitres… La vie avant l estrip tease de sexy Voldemort sur Dangerous Woman et la vie après avoir vu le strip tease de sexy Voldemort sur Dangerous Woman ». Comme pour nous, le sort a voulu que la diva pop tombe sous le charme de cette grandiose prestation.

Après plusieurs visionnages, vraiment beaucoup de visionnages de ce moment hors du temps… on se dit aussi qu’entre les fanfics et ce lipsync, les fans queer de l’univers Harry Potter ne sont jamais mieux servi.e.s que par elles et eux-mêmes, face au queerbaiting exercé par la franchise, notamment au sujet de l’homosexualité de Dumbledore. Celle-ci ne devrait pas être abordée explicitement dans le second volet des Animaux Fantastiques, en salles le 14 novembre prochain.