« Toute la ville est gouvernée par des homos » : Marcel Campion s'offre la grande roue de l'homophobie

Publié le

Dans une vidéo publiée le 22 septembre par le Journal du Dimanche, celui qui est appelé « roi des forains » tient des propos homophobes d'une grande violence. L'extrait a été filmé en janvier dernier lors d'une réunion publique.

Marcel Campion - Capture d'écran / Le Journal du Dimanche
Marcel Campion - Capture d'écran / Le Journal du Dimanche

Cela vous aura peut être échappé mais Marcel Campion, le célèbre forain, entend être candidat à la Mairie de Paris en 2020 pour contrer Anne Hidalgo. Pour combien de temps encore ? Son aventure politique risque bien de voler en éclats après la publication par le Journal du Dimanche, samedi 22 septembre, d’une vidéo le montrant tenir des propos homophobes lors d’une réunion publique organisée à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) le 27 janvier dernier.

Dans les extraits diffusés par le JDD, celui qui est souvent désigné comme le « roi des forains » démarre par une vive critique de l’œuvre de Paul McCarthy, Tree, exposée place Vendôme à l’occasion de la Foire internationale d’art contemporain (Fiac) en 2014. Rien d’autre qu’un « plug anal », aux yeux de Marcel Campion. « Vous savez, le truc qu’ils se mettent dans le fion, pour les pervers là. À Noël, c’est bien pour les enfants », poursuit le forain.


C’est ensuite à Bruno Julliard, ex-Premier adjoint de la Maire de Paris ouvertement gay, d’en prendre pour son grade. « Lui c’est le plus beau. C’est lui qui commande toute la ville. Il arrive des syndicats des étudiants (l’Unef, ndlr) », souligne Marcel Campion. « Comme il était un peu de la jaquette, il a rencontré Delanoë, ils ont fait leur folie ensemble et paf, il est premier adjoint », poursuit le forain dans un ton très sérieux. « Et avec Anne Hidalgo, il est super parce qu’en même temps il lui a amené tous les homos de la terre. C’est à dire que toute la ville maintenant est gouvernée par des homos », lâche Campion.

« J’ai rien contre les homos »

Sans complexe, le forain a continué son manège homophobe et a même réussi à décrocher le pompon en nous servant l’argumentation type de l’homophobe qui ne s’assume pas : « J’ai rien contre les homos ! ». Et de poursuivre : « Et d’habitude, je dis les « pédés », mais on m’a dit hier qu’il ne fallait plus que je dise ça. Donc je ne dis plus les pédés, je dis les homos. J’ai rien contre eux, sauf qu’ils sont un peu pervers. Ceux qui sont là. ».

Contacté par le JDD pour s’expliquer des propos qu’il tient dans cette vidéo, Marcel Campion a nié les avoir prononcés. Il a seulement consenti avoir traité Bruno Julliard de pervers, mais uniquement pour sa « perversité en affaire ».

« L’homophobie doit être combattue sans relâche »

Sur Twitter, l’ex-Premier adjoint a fait savoir que l’affaire va se régler devant les tribunaux : « Certaines injures, par celui qui les prononce, deviennent des décorations… Mais l’homophobie doit être combattue sans relâche, parce qu’elle opprime, stigmatise et tue chaque jour. Ces propos abjects ainsi que leur auteur seront poursuivis en justice. »

  • phil86

    Un vieux débris même bon pour le recyclage… faut ignorer ce genre de propos préhistorique

  • hecate

    Comme beaucoup de personnes âgées, l’homophobie est présente chez lui.
    Il peut être sûr que je ne voterai pas pour lui si il se présente.