ß

Israël : une grève prévue dimanche après le refus d'ouvrir la GPA aux hommes célibataires

Publié le

Après s'être déclaré en faveur de la GPA pour les hommes célibataires, le Premier ministre israélien a finalement voté contre un amendement qui l'aurait autorisée. La communauté LGBT+ du pays est très remontée.

GPA
Le parlement Israélien - Mattis Kaminer via Shutterstock

Ce n’est certainement pas la première fois qu’un homme politique revient sur une promesse. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait beau s’être dit favorable à l’ouverture de la Gestation Pour Autrui aux femmes et aux hommes célibataires le week-end dernier, il a finalement bloqué une proposition de loi allant dans ce sens ce mercredi 19 juillet.

La loi, comme l’explique Reuters, aurait permis aux hommes et femmes célibataires de bénéficier d’une GPA, remboursée par l’État, pour des raisons médicales. C’était sans compter la décision de Benjamin Netanyahu, qui a finalement choisi de voter contre l’amendement incluant les hommes célibataires présenté devant la Knesset. La décision pose un veto effectif sur la GPA pour les couples gays, le pays ne reconnaissant pas les mariages pour les couples de même sexe.

Cette décision n’a pas laissé les associations LGBT+ israéliennes de marbre. Celles-ci étaient déjà sur le pont lundi, manifestant pour l’inclusion de tous et toutes dans la loi GPA. Les activistes appellent désormais à une nouvelle manifestation ce dimanche à Tel Aviv. Bien que perçu comme un havre pour les personnes LGBT+, Israël est loin d’offrir l’égalité à ces citoyens et citoyennes non-hétérosexuelles.

Le mouvement semble être d’une ampleur inédite, comme l’explique le journaliste de la chaîne i24news Julien Bahloul sur Twitter. Selon lui de nombreuses entreprises et institutions, comme IBM, Microsoft et la Mairie de Tel Aviv ont autorisé leurs « employés LGBT à ne pas travailler dimanche s’ils veulent aller manifester pour le droit à la GPA ».