Entre « absence de dialogue » et « climat de peur » : la dure vie des associations LGBT+ au royaume de Laurent Wauquiez

Publié le

Élu à la tête de la région Auvergne-Rhône-Alpes en 2016, l'actuel président du parti Les Républicains a très rapidement coupé des subventions pour des festivals LGBT+ et des associations de lutte contre les discriminations. Deux ans après, qu'en est-il ? Komitid a enquêté.

Laurent Wauquiez lors d'un colloque sur l'Europe en 2010 - Fondapol - Fondation pour l'innovation politique Suivre / Flickr
Laurent Wauquiez lors d'un colloque sur l'Europe en 2010 - Fondapol - Fondation pour l'innovation politique Suivre / Flickr
Article Prémium

Quelle place pour la lutte contre les discriminations dans la région présidée par l’actuel président du parti Les Républicains Laurent Wauquiez ? Peu de temps après son élection à la tête de la région Auvergne-Rhône-Alpes, début 2016, de nombreuses associations et festivals LGBT+ ont alerté sur une situation de plus en plus intenable. Coupes de subvention, absence d’interlocuteurs au conseil régional… : l’année s’est ouverte sur de très mauvaises perspectives. Les informations à ce sujet ont connu un fort écho dans la presse tant elles concernaient des structures emblématiques de la vie associative et culturelle de la région Auvergne-Rhône-Alpes : on parlait aussi bien de festivals de cinéma LGBT+ tels qu’Écrans Mixtes à Lyon, Vues d’en face à Grenoble ou encore Face à Face à Saint-Étienne, que du Planning familial régional, de la Lesbian and Gay Pride de Lyon (LGP) ou encore des interventions en milieu scolaire du Défenseur des droits pour lutter contre les discriminations. De…

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous