Marcus D'Amico, l'acteur des « Chroniques de San Francisco », est mort à 55 ans

Publié le

L’acteur Marcus D’Amico, connu pour son interprétation de Mouse dans « Les Chroniques de San Francisco », est décédé le 16 décembre des suites d’une pneumonie.

Marcus D'Amico
L'acteur Marcus D'Amico a joué le rôle de Mouse dans « Les Chroniques de San Francisco » - Capture d'écran / Instagram

Marcus D’Amico, connu pour avoir été le premier interprète de Michael « Mouse » Tolliver dans la série télévisée Les Chroniques de San Francisco en 1993, est décédé le 16 décembre d’une pneumonie à son domicile de l’Oxfordshire, en Angleterre à l’âge de 55 ans.

Sa mort a été annoncée par sa sœur Melissa D’Amico sur son compte Instagram. « Non seulement j’ai perdu mon merveilleux frère, mais le monde a perdu un acteur et réalisateur incroyablement talentueux. Les mots ne peuvent pas exprimer à quel point il me manque », écrit-elle.

Marcus D’Amico est né en Allemagne mais élevé au Royaume-Uni, où il a commencé sa carrière au théâtre. Il a fait ses débuts dans le West End à Londres en 1977 avec la pièce Oliver !, dans laquelle il a tenu le rôle titre. Il a également joué le rôle de Louis, dans la production d’Angels in America du National Theatre en 1992. Cette performance lui a valu une nomination aux Laurence Olivier Awards, pour la catégorie du meilleur acteur.

Parmi ses autres rôles, il a figuré dans Julius Caesar au Young Vic Theatre de Londres, The Boys Next Door au London’s Comedy Theatre et, en 2003, The Lisbon Traviata au King’s Head Theatre. En 2004, il rejoint le casting londonien de Mamma Mia !

Marcus D’Amico a joué dans une seule production à Broadway, An Inspector Calls de JB Priestley  en 1994.

Son rôle le plus connu est celui de Michael « Mouse » Tolliver dans Les Chroniques de San Francisco en 1993, sur Channel 4 au Royaume-Uni et sur PBS aux États-Unis. L’action se déroule dans les années 70, où les protagonistes sont six résidents d’une même propriété, au 28 Barbary Lane. La série est devenue culte, notamment pour sa représentation de personnages LGBT+.

 

 

 

Centre de préférences de confidentialité