« Les Chroniques de San Francisco » sur Netflix : Retour perdant

Publié le

À la rédaction de Komitid, les avis sont partagés sur la nouvelle mouture de cette série mythique. Notre critique cinéma n'a pas été franchement convaincu.

Les actrices Laura Linney (Mary Ann Singelton) et Olympia Dukakis (Anna Madrigal) dans « Chroniques de San Francisco » - Netflix
Les actrices Laura Linney (Mary Ann Singelton) et Olympia Dukakis (Anna Madrigal) dans « Les Chroniques de San Francisco » - Netflix
Article Prémium

Débutée dans les colonnes du quotidien San Francisco Chronicle sous le titre Tales of the City, puis publiées sous la forme de romans, l’œuvre d’Armistead Maupin est devenue une légende au sein de la communauté LGBT mais également auprès du grand public grâce en partie à la série Les Chroniques de San Francisco.

Une première adaptation télévisée sur la chaîne publique américaine PBS en 1993 avait emballé un public nombreux mais s’était vue directement attaquée par les ligues de vertu évoquant, montage à l’appui, décadence et débauche à la vue de baisers entre homme (le premier de la télévision américaine en 1993 !), scènes de nudité et de consommation de drogues. La mini-série s’est donc arrêtée à ce moment-là pour reprendre quelques années plus tard, en 1998 et 2001, sur Showtime.

Dix-huit ans plus tard, Netflix reprend le flambeau pour ce qui n’est ni une suite, ni un reboot, mais plutôt ce qu’on pourrait appeler un « revamp » : une nouvelle histoire avec le même lieu, les mêmes personnages mais se déroulant aujourd’hui.

Si ces Chroniques 2019 cherchent à entretenir la flamme en y incluant des éléments de modernité en termes de sujets et d’inclusivité, elles échouent pourtant à nous convaincre totalement, on vous explique pourquoi.

Effet catalogue

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?<

Identifiez-vous