Andrew Sean Greer, Prix Pulitzer 2018 : « Les livres m’ont aidé quand je suis sorti du placard, pas les séries télé ! »

Publié le

Qu'est-ce qu'un « mauvais homosexuel » ? Comment écrit-on un roman comique ? Où en est la communauté LGBT dans l'Amérique de Trump ? Le lauréat du prestigieux Prix Pulitzer pour son roman drôle et touchant, « Les Tribulations d'Arthur Mineur », était de passage à Paris et Komitid l'a rencontré.

Andrew Sean Greer - Kaliel Roberts
Andrew Sean Greer - Kaliel Roberts
Article Prémium

Lauréat 2018 du très prestigieux Prix Pulitzer pour son roman Les Tribulations d'Arthur Mineur (Less, en version originale), Andrew Sean Greer, 48 ans, originaire de Washington DC, n'a pas l'air d'avoir pris la grosse tête. Auteur de cinq autres romans (dont Les Confessions de Max Tivoli et L'Histoire d'un mariage) avant Les Tribulations d'Arthur Mineur, Andrew Sean Greer expérimente avec ce dernier le succès : l'ouvrage est resté six mois en tête du classement des meilleures ventes publié par le New York Times et a reçu de très nombreux prix outre-Atlantique.

Lorsque je le rencontre, aux éditions Actes Sud, dans le quartier Saint-Michel à Paris, il consulte la liste des différents événements auxquels il va participer durant son escale parisienne : France Culture, Les Mots à la bouche, La Maison de la poésie…

Superbement traduit par Gilbert Cohen-Solal, ces Tribulations, « un roman amusant sur quelqu'un qui souffre » comme le décrit l'auteur, bénéficie depuis sa publication, le 6 janvier dernier, de très bonnes critiques en France, du Figaro (« un roman brillantissime ») aux Échos (« un tour de force littéraire ») en passant par Le Monde. Ce tour du monde d'un écrivain en plein questionnement est en effet bourré d'épisodes et de scènes subtilement drôles. Mais ce qui le rend très attachant et réussi est qu'affleure régulièrement une musique douce-amère et mélancolique. Ce portrait d'un homme gay s'inscrit aussi parfaitement dans cette époque si particulière pour la communauté LGBT+ états-uniennes, où l'avancée des droits, incontestable, semble pourtant fragile.

Avec Andrew Sean Greer, nous avons parlé entre autres de l'écriture, du vieillir gay, du Picon bière, de Proust et de son déprimant tour des États-Unis sous l'ère Trump.

Doutes de l'écrivain

Le héros des Tribulations d'Arthur Mineur, écrivain gay au succès très relatif, ne sait pas trop où il en est et ressent les premières attaques de l’âge et les doutes de l’écrivain. Ses amis le charrient et le traite de « mauvais homosexuel », car il en rentre pas dans les clous de la littérature gay. Son mec vient de le quitter et lui annonce qu'il va se marier avec un autre. La déprime s'aggrave. Autant de raisons qui pousse Arthur à accepter une tournée qui le conduira au Mexique puis en Italie, en France en Allemagne, au Maroc, en Inde et au Japon.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous