Plongée en planète queer avec l'auteure inuit lesbienne Niviaq Korneliussen

Publié le

Niviaq Korneliussen est Inuit et lesbienne. Dans son roman « Homo sapienne », publié aux Editions La Peuplade, elle raconte une jeunesse qui tente de faire sa place entre trois langues, deux mondes et tant de possibilités. Nous l'avons rencontrée.

Niviaq Korneliussen - Jørgen Chemnitz
Niviaq Korneliussen - Jørgen Chemnitz
Article Prémium

Dans la langue groenlandaise, Inuk signifie « personne / être humain », c'est aussi un prénom de garçon, et aussi de fille parfois. Dans la langue groenlandaise, Arnaq signifie « femme » et c'est un prénom de fille. Dans la langue groenlandaise, Ivik signifie « feuille d'herbe » et c'est un prénom de garçon. C'est aussi le diminutif affectif de « Ivinnguaq » qui signifie « cher petit Ivik » et qui est souvent donné aux filles. La note de la traductrice d'Homo Sapienne, Ines Jorgensen, sonne comme un avertissement : vous entrez dans un espace non binaire.

Homo Sapienne est le premier roman de la jeune Niviaq Korneliussen et il est publié aux Editions La Peuplade. L'auteure inuit et lesbienne est née en 1990 dans la petite ville de Nanortalik, au sud du Groenland. Une bourgade de 1 500 habitants dont le nom en inuit signifie « pays des ours polaires ». Le livre raconte l'histoire d'une famille de coeur.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.
Pour continuer la lecture, veuillez vous identifier ou ou abonnez-vous à partir de 1€.