Aweng Ade-Chuol embrasse sa femme sur la couverture de « Elle » après une vague d'homophobie

Publié le

La mannequin Aweng Ade-Chuol embrasse sa femme sur la couverture du célèbre magazine féminin « Elle » Uk. C’est sa réponse aux réactions lesbophobes dont elles ont été victimes l’an dernier.

Aweng Ade-Chuol et Alexus Ade-Chuol - Couverture ELLE UK/Capture d'écran Instagram

Aweng Ade-Chuol fait de nouveau parler d’elle après sa récente collaboration avec sa femme dans une campagne pour Ralph Lauren. Aujourd’hui, elle est en couverture du magazine féminin Elle au Royaume Uni et échange un baiser avec Alexus, son épouse.

Réactions négatives

D’après le média LGBT+ Out, le couple s’est marié l’an dernier et peu de temps après leurs noces à New York, Aweng Ade-Chuol a reçu beaucoup de réactions négatives venant de son pays d’origine, le Soudan. Face à toute cette vague de haine, la mannequin a tenté de mettre fin à ses jours. Quelque temps après, la mannequin revient sur sa tentative de suicide et répond à sa manière à l’homophobie.

« Nous nous sommes mariées et le monde entier, littéralement toute ma communauté, espérait ma mort en un sens… Quelques mois plus tard, j’ai fait une tentative de suicide. C’était absurde, parce qu’inconsciemment, je sentais que j’étais épuisée par l’impact de notre mariage. “ Comment a-t-elle osé épouser une femme ? ” Vous ne pouvez pas contrôler ce que les gens disent, et tous les tabloïds et les journaux du Soudan… C’était tout un truc. C’était une période triste, parce que mon mariage était le plus beau jour de ma vie et que toutes les réactions négatives ne m’ont pas permis d’en profiter », a déclaré Aweng Ade-Chuol pour Elle Uk.

Agé de 22 ans, la jeune mannequin a déjà une histoire lourde. Aux côtés de son épouse, elle reprend le contrôle de sa vie. Faire la couverture de Elle Uk aux cotés de sa femme porte un message universel de tolérance tout en étant une confession de son récit personnel.

« Je suis quelqu’un qui aime le spectaculaire et 2020 ne m’a pas permis d’être spectaculaire. L’année 2020 m’a volé la vedette mais maintenant, c’est mon tour. » 

Le shooting photo réalisé par le duo de photographes de mode Meinke Klein est pour Aweng Ade-Chuol la première étape pour ouvrir la discussion autour des droits LGBT+ de son pays, là où le mariage pour tou.te.s est toujours interdit.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par AWENG🐄 (@awengchuol)