La joie de deux Indiens gays qui viennent d’acheter leur maison… et sont sortis du placard !

Publié le

Durant presque 13 ans, Apurva Asrani et Siddhant Pilla, un couple d’Indiens, se sont fait passer pour des cousins afin d’éviter les commérages du voisinage. Mais aujourd’hui, avec l’achat de leur nouvelle maison, ils ont décidé de sortir du placard et de vivre leur amour au grand jour.

Apurva Asrani et Siddhant Pilla/Capture d'écran Twitter@Apurvasrani

Apurva Asrani est un réalisateur et monteur indien de 42 ans.

Selon le média LGBT+ Queerty, le réalisateur a annoncé publiquement, dans un tweet posté le 29 mai, qu’il venait d’acheter sa première maison avec son petit ami à Goa (Inde). Il en profite pour avouer qu’il a caché cette relation pendant 13 ans en le faisant passer pour son cousin afin de pouvoir louer un logement et ne pas avoir des problèmes de voisinage.

« Pendant 13 ans, nous avons fait semblant d’être cousins pour pouvoir louer une maison ensemble. On nous a dit de “ laisser les rideaux tirés pour que les voisins ne sachent pas ” ce que nous sommes ». Nous avons récemment acheté notre propre maison. Maintenant, nous disons délibérément à nos voisins que nous sommes en couple 💕. Il est temps que les familles LGBT entrent elles-aussi dans la norme »

Dans un tweet ultérieur, Apurva Asrani a publié une autre photo montrant qu’il n’y a pas de rideaux aux fenêtres car il n’a plus besoin de cacher sa relation à ses voisins.

« Pas de rideaux dans notre espace de vie 😉 »

Suite à la viralité de son annonce, Apurva Asrani a accordé un entretien au media Times of India où il déclare :

« J’ai toujours essayé d’attirer l’attention sur la communauté LGBTQ. Près de 20 ans se sont écoulés depuis que j’ai monté le film Satya. Ces dernières années, j’ai réalisé que les gens sont rapides à vous juger, quel que soit le travail que vous faites. Tout dépend de vos choix personnels. Après avoir écrit Aligarh, j’ai décidé de parler ouvertement de la communauté LGBT, de ses problèmes, de ses craintes et du manque d’empathie pour elle. »

« Depuis, j’ai fait des efforts constants pour normaliser les choses pour les couples ou les individus comme Sid et moi. Aujourd’hui, nous avons la bénédiction de nos familles. Nous voulions partager notre joie d’avoir notre propre maison. Nous avons acheté notre maison avant la crise sanitaire du Covid-19 et nous avons pensé qu’elle pourrait inspirer et aider plus de gens à accepter, admettre et appréhender les choses de la vie sans jugement. »

Le témoignage de Apurva Asrani a suscité de nombreux messages de soutien. Mais hélas, ils ont aussi fait beaucoup parler les conservateurs et les homophobes. Une preuve que la discrimination est encore fortement présente en Inde malgré la dépénalisation de l’homosexualité.