Mort de Phyllis Lyon, infatigable militante féministe lesbienne et immense figure du mouvement LGBT+

Publié le

Retour sur la vie d'une des premières activistes lesbiennes et féministes, Phyllis Lyon, morte à San Francisco à l'âge de 95 ans, que le sénateur gay Scott Wiener a qualifié de « géante ».

Phyllis Lyon et Del Martin dans le documentaire « No Secret Anymore : The Times of Del Martin and Phyllis Lyon », réalisé par Joan E. Biren en 2003.
Article Prémium

Mise à jour : précisions sur les fonctions de Dianne Feinstein et de Scott Wiener

Lorsque la nouvelle de la mort de Phyllis Lyon est tombée, hier, j'ai réalisé à quel point des personnalités comme elle avaient transformé la vie de millions de personnes LGBT+ aux États-Unis mais aussi dans le monde.

C'est parce que des femmes lesbiennes comme elle se sont battues depuis les années 70, fièrement et ouvertement, que nous pouvons aujourd'hui vivre mieux nos orientations sexuelles et nos identités de genre. J'évoquais la semaine dernière la nécessité de nous préoccuper du sort de nos aîné.e.s. Cela passe aussi par la mémoire de leurs combats et de leur courage.

C'est peu dire que Phyllis Lyon, dont il serait difficile de résumer la vie en quelques paragraphes, n'en manquait pas. Courageuse, il fallait l'être dans les États-Unis des années 50, pour vivre avec sa compagne, Del Martin. Elles ont d'ailleurs été un des tous premiers couples de femmes lesbiennes à pouvoir se marier en Californie, le 16 juin 2008 (quelques mois plus tard, Del Martin mourra à l'âge de 87 ans).

Kate Kendell, une amie de longue date du couple, a déclaré au Bay Area Reporter que Phyllis Lyon était une « véritable figure iconique dans l'histoires des droits LGBTQ et des droits des femmes ». 

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous