« Jeune Juliette », d'Anne Emond : un teen movie non conforme, sensible et drôle

Publié le

Komitid a rencontré Anne Emond, la réalisatrice de « Jeune Juliette », ce teen movie sensible et drôle qui sort vraiment de l’ordinaire et constitue une douce vengeance sur ses jeunes années.

Jeune Juliette
Alexane Jamieson dans « Jeune Juliette », d'Anne Emond - Ligne 7 distribution
Article Prémium

Ce joli film québécois qui sort aujourd’hui en France met en scène un quatuor de personnages adolescents plus vrais que nature : une jeune fille en surpoids à la répartie cinglante, sa meilleure amie lesbienne, un jeune garçon « particulier » et un beau gosse qui chante faux. Komitid a rencontré Anne Emond, la réalisatrice de Jeune Juliette, ce teen movie sensible et drôle qui sort vraiment de l’ordinaire et constitue une douce vengeance sur ses jeunes années.

Juliette compte les jours avant la fin de l’année scolaire dans l’espoir de quitter son petit bled du Québec où « tout est laid et petit » pour rejoindre sa mère à New York pour l’été. La jeune fille est ronde, victime d’un harcèlement scolaire qui ne dit pas son nom mais n’a pas sa langue dans sa poche !

Relation de complicité

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous