« M », le documentaire choc de Yolande Zauberman sur la pédocriminalité chez les ultra-orthodoxes israéliens

Publié le

Plongée au cœur d'une communauté religieuse gangrénée par les tabous sur l'homosexualité et dans laquelle l'ignorance et l'entre-soi conduit à une culture du viol et de la pédophilie.

Talleen Abu et Menahem Lang dans « M », de Yolande Zauberman - New Story
Talleen Abu et Menahem Lang dans « M », de Yolande Zauberman - New Story
Article Prémium

En salles ce mercredi, M, le nouveau documentaire de la réalisatrice Yolande Zauberman (Moi Ivan Toi Abraham, Would you have sex with an Arab ?) est une claque. Elle aborde, via l’histoire personnelle de Menahem Lang, acteur et chanteur de 35 ans, le sujet de la pédocriminalité avec une force et une beauté inédites. En partant de ce cas particulier qui met à jour les pratiques quasi traditionnelles d’un milieu juif ultraorthodoxe, elle éclaire d’un jour nouveau les mécanismes universels de ces viols sur mineurs. En suivant Menahem, son enquête intime sur les lieux de son enfance et les étapes de sa reconstruction, Yolande Zauberman signe à la fois un documentaire-manifeste qui ose pointer l’universalité de ces crimes malheureusement si communs et un film de cinéma d’une beauté fiévreuse. Komitid a rencontré la réalisatrice pour évoquer avec elle les conditions de tournage si particulières de ce film-choc.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous