Shirley Souagnon, humoriste à la croisée des mondes et des genres

Publié le

L’humoriste française Shirley Souagnon est à l’honneur dans la série Netflix « Humoristes du monde » et en tournée pour son spectacle « Monsieur Shirley ». Habituée aux sketchs sur son expérience de femme-noire-lesbienne, elle s’est livrée pour Komitid sur son rapport au genre et sa manière de travailler.

shirley souagnon humoriste
Shirley Souagnon - Thomas O’Brien
Article Prémium

Sur scène, Shirley Souagnon arrive à la cool: en jogging et haut noir, sa décontraction et son charisme la font paraître plus grande que son mètre 59, qu’elle évoque volontiers dans ses sketchs. Entre deux échanges avec le public, elle développe ses critiques grinçantes dans un micro de velours : des salves de blagues sur le racisme, l’homophobie ou encore le capitalisme, qui font mouche. Derrière le rideau, sucette ou fumette à la bouche, l’humoriste garde son flegme pour détailler ses convictions et sa vision du monde. Avec pour maîtres-mots, intersectionnalité et contradictions.

Née à Clichy en région parisienne, Shirley Souagnon déménage régulièrement après la séparation de ses parents, de la Picardie aux États-Unis en passant par Londres, tout en pratiquant le basket de manière intensive. Elle fait ses premiers pas devant une caméra à huit ans grâce à un oncle comédien. Après une pub pour la Coupe d’Europe en 1996, elle fait une apparition comme figurante dans un épisode de la série Navarro. Au même âge, elle improvise des sketchs avec son cousin, passion qui ne la lâchera plus par la suite. Elle enchaîne à partir de 2006 des passages sur les planches du Jamel Comedy Club, dans l'émission On n’demande qu’à en rire ou encore la série Engrenages. Aujourd’hui à l’affiche de la série Netflix Humoristes du monde, elle est aussi en tournée pour son troisième spectacle de stand-up Monsieur Shirley.

Double genre

Dans ses nouveaux sketchs, Shirley met régulièrement en scène les interrogations d’inconnu.es et les quiproquos sur son physique androgyne. Les rires du public l’ont poussée à l’introspection: « Pourquoi je fais rire les gens avec un truc qui ne me dérange pas, au fond ? »

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous