Alex Lutz : « Il y a un retour en arrière quand certains s‘investissent pour que des gens aient moins de droit »

Publié le

Comédien, humoriste, metteur en scène, auteur de théâtre et réalisateur français, Alex Lutz est surtout célèbre pour son personnage de Catherine sur Canal +. Pour Komitid, il évoque son amour du jeu avec les genres.

Alex Lutz au festival du film aux Arcs, en décembre 2018 -
Alex Lutz au festival du film aux Arcs, en décembre 2018 - Alexandra Fleurantin et Olivier Monge / Les Arcs Film Festival
Article Prémium

« Ce qui m’intéresse, c’est d’essayer de piger, de comprendre l’autre, on a tellement peu de temps ». Qu’il soit seul en scène avec un cheval, la Catherine du duo d’assistantes (avec Liliane) de Canal+ ou encore Guy Jamet, chanteur fictif auquel il a consacré son film éponyme, Alex Lutz aime les transformations, les travestissements. One-man-show, télé, cinéma et même chansons, son année a été riche et on l’imagine bien nommé dans les catégories majeures de la prochaine cérémonie des César. C’est sur les pistes enneigées du festival des Arcs durant lequel il officiait dans le rôle de juré de la compétition dédiée aux films européens que Komitid l’a rencontré pour évoquer avec lui les jeux avec les genres qui traversent ses créations.

Komitid : Quand on suit votre travail que ce soit sur scène, à la télévision et au cinéma, on se dit que vous avez forcément réfléchi au sujet des codes de genre, de la sexualité. Est-ce que ce sont des sujets qui vous font réfléchir …

Alex Lutz : Je ne ressens pas une grande différence entre le masculin et le féminin et d’ailleurs je trouvais très intéressant le débat, malheureusement vite avorté, sur le genre. Je n’ai pas envie que mon petit garçon soit sur-genré ! Bruno Sanches (qui incarne Liliane, la collègue de Catherine, sur Canal +, NDLR), mon pote est père d'une fille, et il rencontre des peurs qui ne sont pas les mêmes, les peurs qui peuvent être liées au genre. Je pense que cela n’enlèverait rien à personne de redéfinir tout cela, les codes de séduction en seraient peut-être un peu modifiés,

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.
Pour continuer la lecture, veuillez vous identifier ou abonnez-vous à partir de 1€.