« Les gens ne se rendent pas compte... » : en larmes, l'humoriste Jarry s'exprime sur l'homoparentalité

Publié le

L'humoriste ouvertement gay âgé de 40 ans est l'heureux papa de jumeaux nés d'une GPA. Invité sur Europe 1 vendredi 1er juin, il a rappelé combien il est encore difficile de devenir parents pour les couples homosexuels en France.

L'humoriste Jarry - Capture d'écran Europe 1
L'humoriste Jarry - Capture d'écran Europe 1

Interview émouvante de Jarry sur Europe 1 vendredi 1er juin. Invité de l’émission Village Médias, l’humoriste ouvertement gay a été amené à réagir à des propos qu’il avait lui-même tenu dans une émission de Thierry Ardisson quelques mois auparavant. Une séquence durant laquelle Jarry s’était confié sur le fait d’être devenu père de jumeaux nés d’une GPA et qui, déjà à l’époque, lui avait provoqué une vive émotion. À nouveau, c’est un Jarry très ému qui s’est exprimé sur le même sujet, insistant sur le difficile parcours pour devenir parents lorsqu’on est un couple homosexuel.

« Les gens ne se rendent pas compte que c’est un parcours très difficile quand on est homosexuel dans ce pays de devenir papa. Même d’adopter, c’est très compliqué. Il y a des choses qui m’affectent énormément. Moi, j’ai la chance de l’être aujourd’hui, mais je croise tous les jours des gens qui aimeraient l’être », a-t-il lancé la voix chevrotante.


La conversation s’est ensuite centrée sur son homosexualité et l’homophobie dont il peut parfois être victime. « Je croise des gens qui s’intéressent juste à ma sexualité et pas à ma personne. », a déploré Jarry. « C’est difficile de se dire que tous les jours on prêche le vivre ensemble et qu’il y a quand même encore des gens qui s’attachent à des petites différences et que ces petites différences leur donne envie que vous ne soyez plus de ce monde. C’est très violent. On peut le fantasmer, on peut l’évoquer, mais quand vous y êtes confrontés, c’est quelque chose qui vous marque (…) À chaque fois ce sont des gens que j’ai envie de prendre mes bras en leur disant « mais tu perds tellement de temps à être dans cette haine… ». Mais bon, c’est la vie… ».