Serbie : la Première ministre lesbienne va être mère, mais n'aura aucun droit sur son enfant

Publié le

La nouvelle devrait être historique : Ana Brnabić et sa compagne attendent un enfant. Mais comme le fait remarquer une activiste à Komitid, la Serbie ne propose aucune protection pour les familles arc-en-ciel. Une ironie qui ne fait pas oublier le manque d'engagement de la femme politique sur ces questions.

ana brnabic droits lgbt enfant serbie
Ana Brnabić à la Pride de Belgrade en septembre 2017 - BalkansCat / Shutterstock
Article Prémium

Ubuesque. La nouvelle est tombée il y a quelques jours : d'après la presse serbe, Ana Brnabić, la Première ministre du pays ouvertement lesbienne, attendrait un enfant. La compagne de la femme politique, Milica Đurđić, aurait eu recours à une PMA à l'étranger et serait donc enceinte. Une bonne nouvelle ? Certainement, tant les lesbiennes à la tête d'un exécutif sont rares, encore plus lorsqu'elles sont mères. Mais sur place, les activistes LGBT+ profitent de l'annonce pour rappeler une vérité crue : au vu de l'absence de lois protégeant les familles homoparentales, Ana Brnabić n'aura aucun droit sur son futur enfant.

La situation n'est pour autant pas si surprenante. Si le gouvernement a adopté des lois anti-discrimination, le mariage pour tous et toutes est loin d’être une priorité politique et 90 % de la population est contre l’adoption pour les couples de même sexe, d’après une étude récente. La Première ministre, qui essuie souvent des remarques lesbophobes, avait même choqué l’année dernière, en déclarant que les droits LGBT+ n’étaient pas une priorité. Dragana Todorović, directrice exécutive de ERA - Association pour les droits égaux LGBTQI en Turquie et dans les Balkans occidentaux, revient auprès de Komitid sur les réactions serbes à la nouvelle. Celle qui est aussi Directrice stratégique de la Conférence européenne lesbienne (qui aura lieu à Kiev du 12 au 14 avril), s'inquiète de l'absence d'engagement du gouvernement sur les questions LGBT+.

Komitid : Quelle a été la réaction des médias et de l'opinion publique serbe à l'annonce de la grossesse de la partenaire d'Ana Brnabić ?

Dragana Todorović : Jusqu'à présent, la Première ministre n'a pas commenté cette information, mais cela n'est pas très surprenant, vu qu'elle n'aime pas parler de sa vie privée et des droits LGBT+. Cela dit, l'information a été très largement partagée par des médias en ligne, ce qui a provoqué une avalanche de commentaires haineux par les lecteurs et lectrices.

Ces discours de haine sont profondément lesbophobes, injurieux et dérangeants. La plupart reprennent des arguments classiques lesbophobes, expliquant que les femmes lesbiennes ne devraient pas avoir le droit d'élever des enfants, que la garde devrait être retirée aux couples lesbiens, que l'insémination artificielle ne devrait jamais être autorisée pour les lesbiennes…

Les médias serbes parlent de PMA, pourtant celle-ci n'est pas ouverte aux couples lesbiens en Serbie...

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous