Mariage pour tous : l'Europe divisée en deux d'après une étude

Publié le

Le Pew Research Center a publié cette semaine une étude d'ampleur sur les attitudes religieuses et sociétales des Européen.ne.s.

Union européenne pologne LGBT
Des drapeaux à Bruxelles le 17 mai 2018 - Alexandros Michailidis / Shutterstock

Une division reflétée par les lois. Selon une étude récente du très sérieux Pew Research Center, l’Europe est nettement divisée entre l’Ouest et l’Est sur les questions de société et de religion. Et sans surprise, il en ressort que les Européens et Européennes occidentales sont beaucoup plus favorables au mariage pour tous que leurs voisins et voisines de l’Est.

L’institut américain a mené entre 2015 et 2017 une série d’enquêtes dans 34 pays auprès de 56 000 adultes de 18 ans et plus. Les résultats ont été publiés lundi et confirment certains présupposés. La vision des cartes fournies par le Pew Research Center montrent une division claire sur le sujet de l’ouverture du mariage aux couples de même sexe : quand 88 % des suédois.e.s y sont favorables, seul.e.s 5 % des géorgiens partagent cet avis.

En France, 73 % des personnes interrogées se disent favorables au mariage pour tous, tandis qu’en Italie et au Portugal ce chiffre monte à 59 %. À l’Est, les chiffres s’inversent, sauf dans le cas de la République Tchèque, où 65 % des habitant.e.s répondent oui.

Most Central and Eastern Europeans oppose same-sex marriage, while most Western Europeans favor it

Cette division s’exprime de la même façon pour les jeunes européen.ne.s :

Young adults in Central and Eastern Europe largely oppose gay marriage

Culture religieuse vs. laïque

Comme l’explique Marianne, ces différences sont aussi marquées sur la question de l’avortement. Du côté occidental, même les pays très catholiques comme l’Italie s’y déclarent favorable. C’est l’inverse à l’Est, comme en Ukraine ou en Russie (35 % pour). Les chercheurs et chercheuses expliquent ces différences par les habitudes culturelles et religieuses contrastantes entre les deux parties de l’Europe : d’après l’étude, les habitant.e.s des pays de l’Est ont plus tendance à considérer que la religion « fait partie intégrante de leur identité » et que « leur culture est supérieure à celle des autres pays ».

Les recherches du Pew montrent aussi une différence importance dans les perceptions européennes sur les questions d’identité et de nationalité. La preuve que lorsque l’on parle de « valeurs européennes », celles-ci ne veulent pas dire la même chose pour tous et toutes. Des différences également reflétées dans l’acceptation de la religion musulmane. À la question « Seriez-vous prêt.e.s à accepter un ou des musulmans comme membres de votre famille », la Suède répond oui à 80 %, les Pays-Bas sont à 88 %, la France à 66 %, tandis qu’en Italie le chiffre frôle les 43 %, en Roumanie les 29 % et en Biélorussie les 16 %.

Vast differences across Europe in public attitudes toward Muslims