Pays-Bas : quand un texte évangélique anti-LGBT+ secoue l'ouverture d'esprit à la néerlandaise

Publié le

Les Pays-Bas ont beau avoir une réputation d'ouverture à l'étranger, une partie de sa population reste très religieuse et conservatrice. Et depuis début janvier un texte évangélique secoue le pays. Komitid vous explique pourquoi la déclaration de Nashville fait polémique dans la nation européenne.

pays-bas-discorde-nashville-protestant
Une Église à Amsterdam le 4 août 2018 - Antonie Glaser / Shutterstock
Article Prémium

Qui aurait pu prédire que Nashville, capitale américaine du Tennessee, sèmerait un jour la zizanie aux Pays-Bas ? Et pourtant, c'est ce qu'il se passe dans le pays européen, depuis le début de l'année. En cause, la signature par plusieurs centaines de paroisses protestantes de la déclaration de Nashville, texte ultra conservateur qui rejette en bloc l'homosexualité. Un choc pour le pays, qui se perçoit et se vend, comme une terre d'ouverture sur les questions LGBT+. Explications.

Il va sans dire que le conservatisme religieux n'est pas la première image qui vient en tête de ceux et celles qui pensent aux Pays-Bas. Le pays à majorité protestante a été le premier au monde à légaliser le mariage pour tous et pour toutes en 2000 et ses Églises y sont vues comme ouvertes aux couples de même sexe. Défenseur des personnes LGBT+ au niveau européen, le pays organise la Pride d'Amsterdam chaque année en août, qui est l'une des plus populaires au monde. Et pourtant, début janvier 2019, ce sont 250 religieux et religieuses, des professeur.e.s et même des politiques qui ont signé la version néerlandophone de la tristement célèbre déclaration de Nashville.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.
Pour continuer la lecture, veuillez vous identifier ou abonnez-vous à partir de 1€.