Faut-il aller voir « Colette » avec Keira Knightley ?

Publié le

Émancipée, bisexuelle, en avance sur son temps, la romancière Colette est le personnage principal du nouveau film de Wash Westmoreland. Qu'apporte ce film de nouveau et d'intéressant sur une œuvre et une personnalité largement représentée au cinéma ? Analyse en trois points.

Denise Gough et Keira Knightley dans « Colette », de
Denise Gough et Keira Knightley dans « Colette », de Wash Westmoreland - Mars Distribution
Article Prémium

Elle est la grande figure bisexuelle de la littérature française et sa série des Claudine a émoustillé les lecteur.trice.s du monde entier dès la fin du XIXe siècle. Les jeunes années de Sidonie-Gabrielle Colette, de son vrai nom, sont le sujet du dernier film du réalisateur américano-britannique Wash Westmoreland qui avait offert un Oscar à Julianne Moore avec Still Alice, coréalisé avec le mari du cinéaste Richard Glatzer, en 2014. Le film Colette, sous-titré Portrait d’une jeune femme moderne, est-il à la hauteur de l’enjeu ? Trois éléments de contexte pour un verdict critique.

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous