ß

Caravane des migrants : des réfugiés LGBT+ ont atteint la frontière américaine

Publié le

Les demandeurs et demandeuses d'asiles ont célébré la fin de leur périple au son d'Ariana Grande. Ils devront maintenant attendre pour obtenir l'asile.

caravane-migrants-lgbt-mexique-etats-unis
La frontière mexicano-américaine à Tijuana le 3 novembre 2018 / Shutterstock

« Je n’arrive pas à y croire. »  La caravane des migrant.e.s, que le président américain Donald Trump qualifie d’« invasion », commence a arriver à la frontière mexicano-américaine. Et le premier groupe à avoir mis les pieds à Tijuana est composé en grande majorité de réfugié.e.s LGBT+, explique le Washington Post.

La caravane, qui se compose de près de 5 000 personnes, avait démarré son long périple le 13 octobre dernier à San Pedro Sula au Honduras. Fuyant les persécutions, la pauvreté et la violence des gangs criminels, ces demandeurs et demandeuses d’asiles espèrent obtenir le statut de réfugié aux États-Unis. Leur périple a été utilisé à de nombreuses reprises par Donald Trump comme chiffon rouge lors de la campagne des midterms.

 « Nous étions discriminés, même dans la caravane »

Le groupe de réfugié.e.s LGBT+ arrivé dans la ville mexicaine a pu louer une maison grâce au soutien d’associations LGBT+. Le Washington Post raconte qu’ils et elles ont célébré leur arrivée en écoutant Ariana Grande, tout en triant leurs vêtements et buvant des jus banane-fraises.

 « Nous étions discriminés, même dans la caravane », a expliqué Erick Dubon, jeune homme de 23 ans, au journal américain. « Les gens ne nous laissaient pas monter dans les camions et (…) nous traitaient de tous les noms. » Andy Albaringa, une femme trans originaire du Salvador, s’estime soulagée : « Je n’arrive toujours pas à croire que nous soyons arrivé.e.s à la frontière. Le voyage était tellement fatiguant. »
La prochaine étape pour les réfugié.e.s sera celle de l’attente. La plupart d’entre eux et elles ont pour projet de demander l’asile aux États-Unis et devront attendre des jours, voire des semaines, pour être enregistré.e.s aux points d’entrées du pays. La réponse de l’administration Trump s’est pour l’instant montrée particulièrement musclée : en plus d’envoyer des renforts aux gardes frontières, le gouvernement américain a notamment introduit une mesure qui refuserait l’asile à toute personne ayant franchi la frontière de façon illégale. Si cette décision est remise en cause par la justice, elle ne concerne de toute façon pas la caravane.