« Je n’avais aucune idée que ça existait chez les mecs » : mal informés et invisibles dans la prévention, les gays face au papillomavirus

Publié le

Très exposés aux HPV, les hommes gays et bis sont pourtant loin d'être les mieux informés. La faute à qui ? Éclairages sur « l'infection sexuelle la plus transmise au monde ».

Africa Studio / Shutterstock
Africa Studio / Shutterstock
Article Prémium

Cet été, Francis – dans une tribune publiée sur Komitid – a confié la colère qu’il éprouvait d’avoir contracté le papillomavirus (HPV). En colère contre le gouvernement, à qui il reproche de ne pas avoir fait de prévention, mais aussi contre le mec qui l’a viré de chez lui à 2 heures du matin quand il a senti « une sorte de bouton » au niveau de son anus. Ce jeune infirmier en bloc opératoire de 24 ans est tombé de haut lorsque sa proctologue l’a informé du diagnostic. Et d’encore plus haut quand il a compris qu’il aurait pu s’en protéger, ou du moins essayer. « Je n’avais jamais entendu parler de la vaccination, enfin seulement auprès de mes amies filles avec le Gardasil (le vaccin contre le papillomavirus, ndlr) », assure-t-il. L’infection au HPV s’est manifestée chez Francis par l’apparition de condylomes, sorte de petites verrues. « Un bouton juste au niveau de ma marge…

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.
Pour continuer la lecture, veuillez vous identifier ou ou abonnez-vous à partir de 1€.
  • kerle

    Dommage que cet article ne soit pas en accès libre ! Peut-être que c’est par ce choix que l’effort de prévention et d’information aurait pu commencé.