« L'annonce d'une charge virale indétectable est une bonne nouvelle qui doit se célébrer » : rencontre avec Eve Plenel de Paris sans sida

Publié le

Directrice générale de Paris sans sida, Eve Plenel a accordé un long entretien à Komitid pour parler de l'offre de dépistage, de la PrEP ou encore de la loi asile-immigration. Son mot d'ordre : « Il faut célébrer l'indétectabilité ». Rencontre.

Eve Plenel, directrice générale de Paris sans sida - Maëlle Le Corre / Komitid
Eve Plenel, directrice générale de Paris sans sida - Maëlle Le Corre / Komitid
Article Prémium

Le défi est de taille : aucune nouvelle contamination au VIH d’ici à 2030 à Paris. Échéance encore plus proche, l’année 2020 qui doit être celle où la capitale atteindra l’objectif des 3-90, à savoir 90 % des personnes vivant avec le VIH dépistées, 90 % des personnes vivant avec le VIH sous traitements, 90 % des personnes vivant avec le VIH en charge virale indétectable. Ces objectifs sont ceux qu’essaient d’atteindre Paris sans sida, une association fondée à l’initiative de la Mairie de Paris il y a un peu plus de deux ans. C’est Eve Plenel qui en est la directrice générale depuis le printemps 2016. Passée par Act Up-Paris au début des années 2000, cette trentenaire engagée a déjà passé une bonne partie de sa vie à combattre l’épidémie du VIH/sida. Pourquoi ? « C’est un effet de génération », rétorque-t-elle. « Je suis née en 1982, c’est assez logique, je suis arrivée dans l’adolescence pendant…

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous