« C'est horrible ce que vous dites » : Kiddy Smile recadre Charles Consigny dans « On n'est pas couché »

Publié le

L'artiste ouvertement gay était invité dans l'émission de Laurent Ruquier sur France 2 samedi 22 septembre.

Charles Consigny (gauche) et Kiddy Smile dans « On n'est pas couché », samedi 22 septembre
Charles Consigny (gauche) et Kiddy Smile dans « On n'est pas couché », samedi 22 septembre - Capture d'écran France 2

Invité d’On n’est pas couché samedi 22 septembre, Kiddy Smile a été longuement interviewé sur son parcours et son œuvre. L’artiste ouvertement gay a même eu l’occasion d’interpréter son tube Be Honest en version acoustique.

Après le live, une fois revenu sur le fameux fauteuil où trônent les invité.e.s qui se font cuisiner, Kiddy Smile a reçu des compliments de la part de Charles Consigny, le nouveau chroniqueur choisi par Ruquier. Un échange qui a plutôt bien démarré, mais qui s’est ouvert sur des questions plus politiques.

« Je trouve que vous avez une super énergie et que vous êtes un vrai artiste, très chic dans votre attitude, dans votre manière de répondre (…) Je vous ai vu sur d’autres plateaux faire des lives, ça m’avait un peu fait penser à Prince qui était toujours très looké  », a entamé Charles Consigny.

« Presque plus facile de réussir quand on est fils d’immigrés noir et pédé »

« Sur la partie politique, moi je trouve qu’on s’y perd un peu. Quand vous dites « fils d’immigré, noir et pédé », que c’est difficile d’être noir, difficile d’être pédé, et que vous êtes dans cette revendication là, je suis juste un tout petit peu plus circonspect », a assumé le chroniqueur. « Je pense qu’en réalité les choses ont beaucoup changé ces derniers temps, et je pense que notamment dans les domaines de la mode, de la musique, de la télé, des médias, aujourd’hui en réalité c’est presque plus facile de réussir quand on est fils d’immigrés noir et pédé que quand on est fils de « français de souche » blanc et hétérosexuel », a lancé Charles Consigny.

« Je trouve que c’est horrible ce que vous dites », a rétorqué Kiddy Smile, immédiatement soutenu par un « moi aussi » de Christine Angot, chroniqueuse dans l’émission. « Il y a une bienveillance médiatique qui est une réalité », a tenté d’argumenter le chroniqueur. « Ce n’est pas difficile d’être noir ? », l’a repris sa consœur, avant d’ajouter : « Laissons quelqu’un qui est noir nous en parler ».

La violence du coming out

Plus tôt dans l’émission, Kiddy Smile a confié sa vision du coming out, quelque de « violent » à ses yeux. « C’est violent pour la personne qui le fait, c’est violent pour la personne qui le reçoit. Mais quand on le fait, il y a ce sentiment pour la personne qui le fait de se dire « Maintenant je suis assez solide pour être seul. Je suis prêt à faire ma vie en sachant que tu sais qui je suis, et si tu ne veux pas que je fasse partie de ta vie, c’est OK pour moi », a-t-il expliqué.

  • thibault

    La tentative de réduction de son album à des trucs de cul est tout aussi relou -_-