États-Unis : victime d'harcèlement homophobe, un écolier de 9 ans se suicide

Publié le

Le petit Jamel Myles, habitant de Denver (Colorado) avait fait son coming out auprès de sa mère cet été. Elle a indiqué que son fils s'est donné la mort jeudi 23 août après quatre jours de harcèlement scolaire.

L'école élémentaire Joe Shoemaker à Denver (Colorado), où était scolarisé Jamel Myles - Capture d'écran Google Street View
L'école élémentaire Joe Shoemaker à Denver (Colorado), où était scolarisé Jamel Myles - Capture d'écran Google Street View

« Mon enfant est mort en raison de harcèlement. Mon bébé s’est suicidé. » Les mots de la mère de Jamel Myles font froid dans le dos, quelques jours seulement après la découverte du corps de son fils, jeudi 23 août. Au cours d’une interview accordée à KDVR TV, relayée par la BBC, Leia Pierce a confié que Jamel lui avait fait son coming out cet été : « Et il avait l’air si apeuré quand il m’en a parlé. Il m’a dit : « Maman, je suis gay ». Et j’ai pensé qu’il plaisantait, alors j’ai regardé derrière parce que j’étais en train de conduire et il était tout recroquevillé, tellement effrayé. Et je lui ai dit : « Je t’aime toujours » ».

La réaction positive de sa mère aura manifestement donné du courage au petit Jamel pour faire son coming out auprès de ses camarades dès la rentrée scolaire, le lundi 20 août. « Il est allé à l’école et m’a dit qu’il allait dire aux gens qu’il était gay parce qu’il était fier de lui-même », raconte sa mère.

Mais l’assurance de Jamel a vite été réduite à néant face aux réactions des autres élèves, l’incitant, selon sa mère, à se suicider. « Quatre jours, c’est le temps que cela a pris à l’école. Je ne peux qu’imaginer ce qu’ils lui ont dit. Mon fils a dit à sa plus grande sœur que les enfants à l’école lui ont dit de se suicider. Je suis juste triste qu’il ne soit pas venu vers moi », confie Leia Pierce.

« Je voudrais tant qu’il revienne »

Le corps de Jamel a été retrouvé inanimé dans la soirée du jeudi 23 août. Selon un rapport du Denver Office of the Medical Examiner, que s’est procurée la télévision locale KUSA et relayé par le Huffington Post, le petit garçon de 9 ans s’est suicidé à 23h17. Face à ce drame, Christine Fleming, la directrice de l’école élémentaire Joe Shoemaker, l’établissement où était scolarisé Jamel Myles à Denver, a rédigé un courrier adressé aux parents d’élèves. Courrier dans lequel elle les invite à venir parler avec le personnel de l’établissement de cette tragédie.

De son côté, Leia Pierce entend honorer la mémoire de son fils Jamel en portant un message de prévention autour des conséquences dramatiques du harcèlement scolaire. « Nous (les parents, ndlr) devrions être tenus pour responsables du harcèlement (…) parce qu’évidemment, les parents apprennent à leurs enfants d’agir comme cela, ou ils les traitent comme ça. (…) Il (Jamel, ndlr) ne méritait pas ça. Il voulait rendre tous les gens heureux même quand lui ne l’était pas. Je voudrais tant qu’il revienne ».