ß

Dans les sections LGBTQ de Netflix... plus de G que de LBT

Publié le

Les séries « Sense 8 » et « Orange is the New Black » sont peut-être les porte-étendards de la chaîne Netflix, sa section LGBTQ contient une écrasante majorité de films, séries et documentaires traitant d'histoires gays.

Netflix Gay
Page d'accueil de la section LGBTQ de Netflix France / Netflix

Regarder Netflix et s’y voir. Souvenez-vous des débuts tonitruants de la chaîne en 2013, avec House of Cards, puis Orange is the New Black. Thriller politique et drame lesbien : deux têtes de gondoles d’un produit nouveau et révolutionnaire qui allaient reléguer les tubes cathodiques à la poubelle. C’était beau, surtout quand la propension LGBT s’accentuait avec l’arrivée en juin 2015 de Sense 8 des sœurs Wachowski.

Seulement voilà, l’offre LGBT+ de Netflix reste aujourd’hui beaucoup plus G(ay) que L(esbienne), B(i), T(rans) ou Q(ueer) réunis. Sur Twitter, une Anglaise passablement énervée a publié un post tout aussi passablement énervé (et totalement hyperbolique) : « Que quelqu’un dise à Netflix que 678 films gays et 2 films lesbiens ne forment pas une section LGBTQ »

Bon, ce tweet est quelque peu exagéré. En vérité, au moment où ce tweet est émis, le 23 août dernier,  au Royaume-Uni, la section films LGBTI de Netflix UK comprend 42 films dont 24 films avec des personnages gays, 10 avec des lesbiennes, 1 avec une femme trans, selon le site Gay Star News.

En France, même constat

Nous avons fait notre petit calcul et cet écart est un peu valable partout. Aux États-Unis, à l’heure où nous publions, nous avons comptabilisé 42 contenus gays, 31 contenus lesbiens, 10 contenus trans, 12 contenus sur les drag queens et le voguing, 9 contenus transversaux (sur le fait d’être out pour les célébrités ou bien sur le mariage pour tous et toutes). Cela nous a donné d’ailleurs l’occasion de constater combien certaines super productions passent totalement sous les radars médiatiques.

En France, nous savions déjà que notre version française était le parent pauvre de sa grande sœur ricaine en matière de densité de catalogue… mais la différence est révélatrice : nous avons compté 36 contenus gays, 11 contenus lesbiens, 7 contenus trans, 8 contenus portant sur les drag queens et le voguing…

Sans tirer de conclusions hâtives, si Netflix avait fait le pari de proposer plus de contenus LGBT+ que TF1 ou Paris Première, ok, c’est peut-être gagné. Mais si cette représentation (et l’on sait à quel point cela compte) pouvait ne pas se limiter à des histoires mettant en scène – en grande majorité – des gays blancs, ce serait encore mieux !

  • elajohnson

    Merci pour cet article mais ça serait bien de donner le listing exhaustif des contenus disponibles sur Netflix par catagorie.
    Bonne journée