ß

Russie : 30 activistes LGBT+ arrêtés à Saint-Pétersbourg pour une Pride non autorisée

Publié le

Dans la Russie de Vladimir Poutine, il est de plus en plus dur d'être ouvertement LGBT+. Même « porter des vêtements colorés » est un problème.

Saint-Pétersbourg
30 activistes LGBT+ ont été arrêtés à Saint-Pétersbourg après une Pride - Aleksei Nazarov via Facebook

Les militants et militantes avaient prévenu, ils et elles comptaient organiser une Marche des fiertés à Saint-Pétersbourg le 4 août. Mais dans la Russie de Vladimir Poutine, ce genre de manifestation ne passe pas, et la marche s’est soldée ce samedi par 30 arrestations.

Une soixantaine de personnes s’étaient pourtant réunies pour défendre les droits des personnes LGBT+, explique la BBC. Mais, loi interdisant la « propagande homosexuelle » oblige, les activistes n’ont pas pu montrer leurs couleurs très longtemps.

« Au total, 30 personnes ont été arrêtées », a expliqué l’activiste Aleksei Nazarov à l’AFP« La police visait ceux qui portaient les drapeaux et les vêtements les plus colorés. ». Les images partagées sur les réseaux sociaux montrent que les arrestations se sont déroulées sans violence. On peut y lire le dépit des militant.e.s LGBT+ sur leur visage.

D’après Reuters, le but de la manifestation était de montrer de la solidarité avec la communauté LGBT+ du pays. Si l’homosexualité n’est plus illégale depuis 1993 en Russie, il y est très compliqué de vivre ouvertement sa sexualité ou son identité de genre.