Une histoire de la presse homosexuelle en France (3/3) : de Têtu à nos jours

Publié le

Suite et fin de notre dossier sur la presse gay et lesbienne en France!

Article Prémium

Suite et fin de notre série d’articles en trois parties sur l’histoire des principaux titres de la presse homosexuelle française. La disparition de Gai Pied, en 1992, marque la fin d’une période d’effervescence pour les médias gays, la fin aussi d’un cycle ouvert au début des années 70. Et ce, alors même que l’épidémie de sida frappe plus fort que jamais. Ce sont d’ailleurs deux des fondateurs d’Act Up-Paris, Didier Lestrade et Pascal Loubet, qui créent Têtu en 1995, avec le soutien financier de Pierre Bergé. Le magazine va accompagner durant vingt ans les grandes évolutions de la vie homosexuelle en France, de l’arrivée des trithérapies au mariage pour tous en passant par le CUCS, le PACS… S’il acquiert rapidement une position dominante dans le paysage médiatique gay français, d’autres titres voient également le jour durant cette période. Certains font le pari du tout-Internet, comme Yagg ou Jeanne Magazine, tandis…

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous