Monisha Ajgaonkar, une photographe indienne contre les clichés

Publié le

En Inde, la photographe Monisha Ajgaonkar veut combattre les clichés lesbophobes encore très présents dans son pays. Rencontre avec cette artiste qui a compris le pouvoir de la visibilité dans un pays où être une lesbienne out n'est pas chose facile…

Monisha Ajgaonkar
Monisha Ajgaonkar - Ashish Singh
Article Prémium

Il y a quelques années, l’écrivain indien Vikram Seth, à qui l’on doit notamment Un garçon convenable (Grasset, 1993), posait à la Une de l’hebdomadaire India Today grimé comme un délinquant tout juste pincé par la police. Il tenait un panneau sur lequel on pouvait lire « Pas un criminel ». Pourquoi ce romancier respecté avait-il besoin de se défendre ? Simplement parce qu’il est gay et que l’homosexualité est punie en Inde par l’article 377 du code pénal. Cet article datant de 1860 est tout empreint de moralité victorienne. Il criminalise ce qui est perçu comme des relations « contre l’ordre naturel ». En termes plus directs, cela désigne la fellation et la sodomie. Oui, les Victoriens étaient comme ça… mais ne jetons pas toute la faute sur la colonisation, cela serait trop facile car l’Inde fêtera en août 2018 les 71 ans de son indépendance et aucun gouvernement depuis 1947 n’a fait abroger…

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous