Pourquoi la mode « non-genrée » est-elle si masculine ?

Publié le

Pourquoi la tendance « genderless » peine-t-elle tant à s'approprier les pièces d'habillement dites féminines ? Pourquoi des couleurs si sobres pour la mode non-genrée ? Décryptage sous toutes les coutures.

Mode non-genrée
Force Majeure / Unsplash
Article Prémium

Ces derniers mois, on a vu émerger de nombreuses petites marques indépendantes de vêtements non-genrés. Les grands magazines de mode quant à eux, se sont mis à reprendre des termes comme « genderless » ou « agenre » pour commenter les défilés, où une certaine fluidité de genre semble apparaître. Mais impossible de ne pas remarquer que cette mode non-genrée semble nettement plus axée sur la masculinisation de la garde-robe de tous.tes plutôt que sur sa féminisation. Les raisons en coulisses de ce déséquilibre ne vont hélas pas (toutes) vous surprendre…

Comme un air de déjà vu

Déjà, en 1920, les garçonnes ont marqué leur époque. Cinq décennies plus tard, Yves Saint Laurent faisait porter le smoking à ses muses. Il n'y a donc rien de vraiment nouveau dans le fait que les femmes s’approprient des vêtements dits masculins. Zoi Arvanitidou, doctorante en études de la mode, de la culture et du genre à l’université de l'Egée, en Grèce, et co-auteure de la thèse Fashion, Gender and Social Identity confirme : « À travers l’histoire occidentale des vêtements, les femmes ont emprunté plusieurs fois des éléments de la garde-robe masculine, explique-t-elle à Komitid. À la fin du XVIe siècle, elles ont pris leurs chapeaux, et leurs pourpoints. Un siècle plus tard, elles ont emprunté les vestes masculines pour vaquer à leurs occupations à l’extérieur. Dans les années 1850, elles ont pris exemple sur Amelia Bloomer, en enfilant leurs pantalons. Mais les exemples inverses sont rarissimes. »

« La mode non-genrée a été mise à jour, en quelque sorte, avec les questions de société actuelles »

Quatrième vague de féminisme, ouverture du mariage à tous les couples… Pour Alice Pfeiffer, journaliste mode avec à son actif des études de genre et d’anthropologie « la mode non-genrée a été mise à jour, en quelque sorte, avec les questions de société actuelles, mais il n’y a rien de nouveau à mettre une meuf dans des fringues dites de mec ».

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous