Pour échapper à la justice, deux couples gays ont fui la Tunisie du jour au lendemain

Publié le

Les quatre hommes ont raconté leur histoire auprès de Têtu.

Drapeau de la Tunisie - Shutterstock

C’est le site du magazine gay Têtu qui a révélé l’affaire : deux couples binationaux installés depuis 2013 en Tunisie ont du fuir le pays pour échapper à leur arrestation visiblement imminente. Les quatre hommes, deux ressortissants français et leurs compagnons respectifs, l’un Tunisien, l’autre originaire de l’île Maurice, étaient installés dans le nord de Tunis où ils avaient ouvert un hôtel-restaurant. C’est grâce au consulat de France qu’ils ont appris à l’automne dernier que la police tunisienne avait prévu une descente à leur domicile dans l’espoir de les prendre en flagrant délit.

Le « test anal », une pratique violente toujours utilisée

L’article 230 du code pénal prévoit encore aujourd’hui jusqu’à trois ans de prison pour les personnes qui auraient des relations sexuelles avec des individus de même sexe. Afin de prouver l’homosexualité d’un homme, la justice tunisienne demande un test anal, une pratique allant à l’encontre du respect et de la dignité humaine. Selon Têtu, si les quatre hommes ont échappé à la police et sont désormais installés en France, ils estiment que l’État français n’a pas su assurer leur sécurité.

Plus de 60 arrestations l’an dernier

L’association Shams défend les droits des personnes LGBT+ en Tunisie. Elle affirme qu’en 2017, une soixantaine d’arrestations ont eu lieu pour délit d’homosexualité, arrestations qui ont conduit, pour plusieurs dizaines d’entre elles, à des condamnations.