Tweets homophobes visant Ian Brossat: le procès comme si vous y étiez

Publié le

Deux personnes étaient jugées le 11 janvier dernier pour avoir insulté l'élu parisien ouvertement gay Ian Brossat. Compte-rendu détaillé du procès.

Article Prémium

Le prévenu s’avance à la barre face à la présidente. A l’invitation de cette dernière, il décline son identité, son adresse et sa date de naissance. Surprise, Christian Cassard, qui est poursuivi pour injure publique envers un groupe de personnes en raison de leur orientation sexuelle, affirme être né en 1980. Il a donc le même âge que le plaignant, Ian Brossat, et pourtant il en fait facilement dix de plus. La faute sans doute à sa complexion pâle et sa silhouette grande et chétive, qui rappellent étrangement l’allure de Tarek Laboun, poursuivi en février 2016 devant cette même 17ème chambre du Tribunal de Grande Instance de Paris pour avoir injurié publiquement Jean-Luc Romero-Michel (Lire Tweets homophobes adressés à Jean-Luc Romero : le procès comme si vous y étiez). « SALUT LA PETITE FIOTASSE »Contrairement à Tarek Laboun, Christian Cassard reconnaît les faits (les investigations de la police ne laissaient guère de doute,…

La suite de cet article est réservée aux abonné•e•s.

Pour continuer la lecture :

Vous êtes déjà abonné•e•s ?

Identifiez-vous