«Têtu» bientôt racheté, «Garçon Magazine» bientôt en kiosque

Publié le

Ça bouge du côté des médias gays.

Le paysage de la presse gay est en pleine mutation et les prochaines semaines s’annoncent riches en nouveauté.

Depuis la disparition du magazine Têtu cet été et la fermeture de son site web le 1er octobre, certains ne sont pas restés inactifs. Christophe Soret, le directeur de publication du gratuit gay Qweek, a annoncé le lancement de Garçon Magazine.

Selon le mail de présentation envoyé à des annonceurs potentiels et que nous avons pu lire, ce bimensuel de 120 pages sera « proche de la communauté sur l’ensemble du territoire […] Pas de parisianisme donc, ni d’élitisme. Notre contenu sera proche des préoccupations des LGBT d’aujourd’hui ». La sortie du premier numéro, tiré à 50.000 exemplaires, est prévue pour le 27 novembre.

Par ailleurs hier a eu lieu à Paris l’audience du tribunal de commerce pour décider du rachat de Têtu. Selon nos informations, seuls trois dossiers de reprise auraient été déposés. Il s’agit du deuxième tour d’offres de rachat présenté au tribunal de commerce. À l’issue de la précédente audience, le 21 septembre dernier, le juge n’avait choisi aucun repreneur et une nouvelle procédure avait été lancée.

DES CANDIDATS JETTENT L’ÉPONGE
Les candidats à la reprise ont eu jusqu’au 16 octobre pour déposer leur offre qui doit se conformer à un cahier des charges précis. Lors de la première audience, le 21 septembre, l’offre présentée comme la mieux disante s’élevait à 65.000€. Des candidats à la reprise auraient jeté l’éponge entre les deux tours, notamment les promoteurs de la société Pink Lab, éditrice du site mygaytrip. En revanche, Brice Fogliami, qui avait lancé une pétition pour « sauver Têtu » au mois de juin, a confirmé à Yagg qu’il avait bien présenté une offre au tribunal hier. La société IDYLS, qui développe l’appli de rencontres SO TETU, aurait également déposé une offre.

Depuis la mise en liquidation de C.P.P.D., le 23 juillet dernier, le liquidateur cherche à vendre ce qui peut l’être : la marque, le parc informatique, le mobilier. Face aux difficultés financières, le propriétaire de Têtu, Jean-Jacques Augier, avait annoncé le placement en redressement judiciaire du magazine. Il avait expliqué en être arrivé à cette situation en raison de l’érosion des ventes et de mauvaises rentrées publicitaires.

Le juge devrait rendre sa décision le 26 octobre prochain.

Nos derniers articles sur Têtu.