Les réponses d’Eva Joly au questionnaire de l’APGL jugées «décevantes» par les Enfants d’Arc en Ciel

Publié le

Nathalie Mestre, présidente de l'association Les Enfants d'Arc en Ciel, juge sévèrement les réponses de la candidate écologiste à la présidentielle.

Lors du débat politique de l’Association des Parents Gays et Lesbiens (APGL) le 11 février dernier, la représentante d’Europe Écologie Les Verts (EELV), Véronique Dubarry, avait semblé particulièrement à l’écoute des associations homoparentales et consciente des problèmes rencontrés par ces familles, à l’instar du Front de Gauche, représenté par Clémentine Autain. Mais surprise, les réponses d’Eva Joly au questionnaire de l’APGL ne semblent pas à la hauteur. Nathalie Mestre, présidente de l’association homoparentale des Enfants d’Arc en Ciel revient sur le débat, décortique les différents points « juridiquement bizarres » des réponses et relève les flous et les incohérences d’Eva Joly.

ÉLARGIR LA NOTION DE PARENT
« Il n’y a rien de prévu pour passer de la présomption de paternité à la présomption de parentalité », note Nathalie Mestre, un point qui permettrait de mettre toutes les familles sur un pied d’égalité. De plus, la notion de pluriparentalité est tout juste esquissée et reste « un peu floue » : « On en revient toujours à la notion de couple », déplore la présidente des Enfants d’Arc-en-Ciel. Selon elle, c’est davantage l’élargissement de la notion de parent qui serait nécessaire, et donc « une modification de l’article 310 du Code Civil », une mesure très concrète qui n’apparaît pas dans la réponse d’Eva Joly à l’APGL. Mais la présidente des Enfants d’Arc-en-Ciel ne manque pas de souligner quelques points positifs dans les réponses exprimées par la candidate d’EELV. « On parle tout de même des différents modes de procréation, notamment de la Gestation Pour Autrui, même si elle n’y est pas favorable. » Au regard des propositions d’EELV, et en dépit de ce qu’avait affirmé Véronique Dubarry, la filiation semble encore liée à la procréation pour la candidate écologiste.

RIEN SUR L’ÉVOLUTION DE LA FAMILLE
« Après le débat de l’APGL, on avait gardé une certaine prudence, explique Nathalie Mestre. C’est vrai que Véronique Dubarry paraissait être en accord avec nos revendications, mais finalement elle n’avait fait qu’approuver ce que Clémentine Autain disait. » Reste que les réponses au questionnaire de l’APGL sont jugées décevantes et en deçà des revendications de l’association. « C’est dommage, parce qu’on s’attendait à mieux. À EELV, ils ont quand même des gens très compétents sur le sujet, comme Caroline Mécary par exemple. On espère que ce sera mieux dans les faits. » Enfin, l’absence totale d’annonce d’une réflexion sur l’évolution de la famille déçoit. C’était l’un des enjeux mis en lumière par le débat de l’APGL, montrant ainsi que la question de l’homoparentalité posait aussi celle d’une nouvelle définition de la famille dans notre société. « C’était justement ce qui avait plu aux associations présentes, soutient Nathalie Mestre. La société change mais aujourd’hui, sur cette question, rien n’apparaît dans les réponses d’EELV. »

Photo : Eva Joly 2012